La séquence était inédite et le scénario pas avare de

0

Que retiendra-t-on exactement du 24 avril 2022 ? Peut-être que c’est

0

La poussière à peine retombée, les yeux piquent encore. Ce qui devait arriver arriva. Forcément fatalistes, les espoirs d’un sursaut douchés, un nouveau dilemme

Au fait, c’est quand les élections ? Premier tour 10 avril ? 2022 ? On veut bien croire, ces derniers temps, qu’on n’avait pas la tête à

Entre autres horreurs, la guerre en Ukraine est venue nous rappeler que les conflits armés avaient des règles. Au détour de JT ou de

On connaît la propension des réseaux sociaux à exacerber les frustrations et à « normaliser » la haine. Notre équipe ne fut donc pas spécialement étonnée

Entendez-vous dans les campagnes mugir ces féroces soldats ? Crescendo, une petite musique de pas bottés résonne. Jeunes et fringants, l’idée que la guerre

« On dit : “Molière, quel visionnaire !” Non, il a juste dit un truc sur sa société et on n’a pas progressé depuis. On se

L’Épicerie paysanne à la baseline chantante « Miam miam et glou glou, local et de saison » ne désemplit pas. Il règne dans ses

Bernard Stiegler était notre ami. Il ne nous connaissait pas, mais nous lisions ses livres, nous écoutions ses conférences, nous suivions ses cours en

Personne n’imagine plus nier la puissance de la fabrique du consentement par les plateformes de réseaux sociaux. L’élection de Donald Trump aux États-Unis ou

Il y a quelques jours, le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) révélait à travers les Pandora Papers une énième — et colossale —

Il est des courses qu’il faut savoir abandonner. Pas par lassitude ou renoncement, mais par conviction. À l’ère du dérèglement climatique, le « retour de

L’heure est aux commémorations. Et si la presse nationale se partage logiquement entre les vingt ans de ce maudit 11 septembre et les non

Oublier les écrans, retrouver le spectacle vivant. Oublier le Covid(e), faire le plein des sens. Oublier les variants, varier les plaisirs. Oublier les piqûres, profiter comme Épicure. Oublier

Après de longs mois de confinement culturel, à écumer les internets en quête d’un peu d’art à défaut d’air, après cette si longue attente

Pendant le confinement des arts et de la culture, Ventilo suspend ses parutions mais continue de donner la parole à ceux qui se battent

La logique le sous-tend, les faits le démontrent. La pauvreté ne cesse d’augmenter dans notre pays et à Marseille d’autant plus. L’INSEE avait déjà

Quand on sait que les États-Unis n’ont eu de cesse, depuis plus de soixante-dix ans, de vampiriser la (pop) culture all around the world,

Dans l’urgence du sauve-qui-peut de notre époque finissante, notre réflexion se cantonne souvent à l’immédiateté. Nos corps se voient contraints à l’adaptation, dictés de

La semaine dernière, dans sa chronique de 8h55 pour la matinale de France Inter, Alex Vizorek tentait d’expliquer l’absurdité des mesures gouvernementales de France

Le 4 mars dernier, nous nous surprenions à rêver d’une cité bientôt réenchantée. Nous étions alors à quelques jours d’une élection capitale pour la

Après cette pause contrainte, nous prévoyons notre retour près de chez vous le mercredi 15 juillet. Les lieux commencent à rouvrir et, surtout, les

De notre côté nous sommes en bonne santé, c'est l'essentiel, mais toujours en télé-travail. Enfin plutôt en attente de travail puisque : sans lieux

Tournée ménages Dans le cadre de sa tournée Il va dire des trucs (1), le président de la République s'est une nouvelle fois tapé l'incruste

Mercredi 3 mars 2038. Il est 7h30, le soleil vient à peine de se lever et il fait déjà chaud. Chaud comme chaque journée

Simultanément aux mouvements de grève, Hôpital, Justice, Éducation, Culture crient famine et sonnent l’alerte. Rien qu’à Marseille, une cinquantaine de chefs de service de

« Mal nommer un objet, c’est ajouter au malheur de ce monde », écrivait Camus en 1944. Cinq ans plus tard, George Orwell inventait la « novlangue »

« Il y a une guerre des classes, c’est un fait. Mais c’est ma classe, la classe des riches, qui mène cette guerre et qui

« Misère, misère ! C’est toujours sur les pauvres gens, que tu t’acharnes obstinément », chantait le regretté Coluche à la fin des années 70. Quarante ans

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11