Ventilo n° 427

du 17 avril au 1er mai

EDITO

Twitter a bruissé toute la journée des annonces à venir du président censées répondre aux gilets jaunes. Sans les réseaux sociaux, nos compères têtus et conquérants se seraient peut-être juste retrouvés en fin de soirée du bal des pompiers pour deviser de leurs soucis. L’ampleur du mouvement doit à Facebook sa possibilité. Les libertés d’expression, de réunion et de manifestation offertes à ses utilisateurs n’auront jamais trouvé plus forte résonnance. Plusieurs réactions témoignent d’une volonté de reprise de contrôle. La loi anti « fake news » votée fin 2018 tente la censure pré-électorale. La directive européenne sur le droit d’auteur adoptée définitivement ce lundi 15 avril instaure un filtrage généralisé des contenus partagés, livré aux géants du Net. La dernière a débuté il y a sept ans et a trouvé son épilogue fâcheux. Julian Assange, le fondateur de Wikileaks, à l’origine de la révélation de la violation un peu trop systématique des droits fondamentaux par les États-Unis, a fini par être arrêté

VENTILO VOUS INVITE
  • RT @opourriol: Victor Hugo remercie tous les généreux donateurs prêts à sauver Notre-Dame de Paris et leur propose de faire la même chose a…
  • Avec quatre festivals en un seul, Hip Hop Society nous entraine jusqu’au 28 avril dans un parcours en plein cœur de… https://t.co/JoqLxs84iS
  • Rendez-vous dès aujourd'hui et jusqu’au 5 mai à #Marseille, #Aix et #Toulon pour le @FestivalAzul, un évènement "po… https://t.co/YX7jwc7bh1