The Cut de Fatih Akin © Gordon Muehle

Amnésie Internationale

Mémoire vive

 

Depuis 2001, Amnésie Internationale, créée par la JAF (Jeunesse arménienne de France) est une manifestation à la fois festive et pédagogique visant à perpétuer la mémoire de tous les génocides. La septième édition aura pour thème « raviver la mémoire » et revêtira un caractère particulier : elle ouvrira l’année de l’Arménie en France et la commémoration du centième anniversaire du génocide arménien (1)Premier génocide du XXe siècle commis par l’Empire ottoman, il débute le 24 avril 1915, cause 1,5 million de morts et entraîne l’exode de nombreux Arméniens dans le monde entier. Reconnu en France le 29 janvier 2001, le génocide arménien ne l’est toujours pas en Turquie. .

 

Deux lieux symboles de mémoire, le camp des Milles à Aix-en-Provence et le MuCEM, implanté sur le J4, lieu d’arrivée de toutes les migrations forcées ou économiques, accueilleront conférences et débats. Pascal Chamassian, responsable d’Amnésie Internationale, explique ses choix : « On a trouvé en Turquie une société civile qui se lève et fait face aux fantômes du passé. Amnésie souhaite leur rendre la parole pour leur permettre de se réconcilier avec leur histoire et aider au dialogue entre communautés. » En conséquence, l’historien Taner Akçam, exilé à Boston, viendra converser avec le journaliste Guillaume Perrier, spécialiste de la Turquie. Cette même tribune a été donnée à Fatih Akin le 7 janvier dernier devant l’importante diaspora arménienne de Marseille. Connu des palmarès de Cannes ou Berlin, ce dernier a réalisé The Cut, le premier film turc sur le génocide arménien avec Simon Abkarian. Intense émotion.
En prélude du colloque mondial « Guerre et génocide », qui se tiendra à la Sorbonne en mars prochain, des historiens (Yves Ternon, Claire Mouradian et Gaïdz Minassian) viendront parler de leurs travaux et sensibiliser les plus jeunes au « Plus jamais ça ! ».
Le 24 janvier au Dock des Suds, comptons sur la chanteuse brésilienne Flavia Coelho et l’énergie débordante de sa Bossa Muffin pour clôturer ces rencontres dans un esprit de fête et de partage. Elle sera précédée par l’excellent harmoniciste rhythm & blues franco-italien Charles Pasi. Et par la carte blanche locale : un concert unique de Nevché, l’engagé Frédéric Nevchehirlian à qui cette cause tient particulièrement à cœur. Le musicien s’est entouré de la chanteuse L, de Babx, du dandy Florent Marchet et de l’éclectique Thomas De Pourquery, saxophoniste jazzman, compositeur tenté récemment par le cinéma (Fidelio, Tristesse Club). Un mélange de genres pour chanter la différence dans l’unité.
Amnésie Internationale, rattrapée par l’actualité récente, offrira au sein du Village de la mémoire du Dock un Espace Charlie, où des caricaturistes comme ceux du Ravi seront invités à s’exprimer.

Maryline Laurin

Amnésie Internationale : les 23 et 24/01 au MuCEM (Esplanade du J4, 2e), au Dock des Suds (7 12 rue Urbain IV, 2e) et au Camp des Milles (40, Chemin de la Badesse, Aix-en-Provence).
Rens. : www.amnesieinternationale.com

Toute la programmation d’Amnésie Internationale jour par jour ici

The cut de Fatih Akin © Gordon Muehle

The Cut de Fatih Akin © Gordon Muehle

Notes   [ + ]

1. Premier génocide du XXe siècle commis par l’Empire ottoman, il débute le 24 avril 1915, cause 1,5 million de morts et entraîne l’exode de nombreux Arméniens dans le monde entier. Reconnu en France le 29 janvier 2001, le génocide arménien ne l’est toujours pas en Turquie.