Alain Willaume - Échos de la poussière et de la fracturation

Photos

Invité à réfléchir, dans le cadre du Social Landscape Project, sur les menaces d’exploitation du gaz de schiste par la société Shell dans la région semi-désertique du Karoo en Afrique du Sud, Alain Willaume invente une métaphore évanescente et interroge un territoire hanté par les soupçons et les angoisses émanant des habitants rencontrés au hasard des pistes. Ses images — dont les tons riches n'ont volontairement ni noirs ni blancs — résonnent des échos d’une menace environnementale d’une actualité brûlante et chantent la grâce infinie d’un paysage en sursis. Des images de cette série ont notamment été exposées à Paris Photo et dans le cadre de l’exposition Autophoto à la Fondation Cartier où elles font depuis partie des collections de la Fondation.

Alain Willaume vit et travaille à Paris. Membre du collectif Tendance Floue depuis 2010.
Débute la photographie en 1972. En janvier 2019, les Éditions Xavier Barral consacrent une importante monographie rétrospective à l’œuvre d’Alain Willaume. S’adossant au réel mais loin de toute notion documentaire, le travail du photographe est habité par la métaphore. Farouche expérimentateur de formes, il développe une œuvre singulière en prise avec le monde qu’il sillonne et observe avec attention. Sous l’influence de longs voyages et à l’écart des courants, il dresse une cartographie personnelle faite d’images énigmatiques et engagées qui toutes racontent la violence et la vulnérabilité du monde et des humains qui l’habitent. Alain Willaume est également commissaire d’exposition, directeur artistique et enseignant (Haute école des arts du Rhin de Strasbourg de 2003 à 2014 et École nationale supérieure d’art et de design de Nancy depuis 2013). Il a été l’un des commissaires du programme d’expositions INDIA qu’il a initié aux Rencontres d’Arles 2007 et a publié à cette occasion India Now aux Éditions Textuel. En 2008 en Inde, il a également été directeur artistique de India Photo Now, une année de photographie. Une première monographie, Bords du gouffre, a été publiée aux Éditions Textuel et exposée aux Rencontres d’Arles en 2003. Il a remporté le Prix Kodak de la critique photographique 1979, ainsi que le premier prix, catégorie Portraits, du Sony World Photography Award 2011.


Zoème
Du 27 juin au 28 sept. : mar, mer, jeu, ven, sam 10h30-19h Mar-sam 10h30-19h (fermeture en août)
Entrée libre. Entrée libre
http://zoeme.net/
8 rue Vian
13006 Marseille
06 14 59 50 34