Warning: setcookie() expects parameter 3 to be integer, float given in /home/journalv/www/wp-content/themes/magazinevibe/framework/modules/blog/blog-functions.php on line 957
Les Joutes musicales de Printemps - Journal Ventilo

Les Joutes musicales de Printemps

Voyage à travers chants

 

Pour le vingt et unième printemps des Joutes musicales de Correns, le journaliste et écrivain Frank Tenaille a concocté une programmation sensible et de qualité, dont huit premières mondiales. Tour d’horizon.

 

Blotti au fond d’une plaine fertile, le petit village de Correns (900 âmes) a été bâti sur une hauteur dominée par un château médiéval : le Fort Gibron. Ce magnifique édifice accueille tout au long de l’année des concerts, des expositions, des conférences, mais aussi des résidences pour musiciens, qui se rassemblent sans parfois se connaître.

Les Joutes de Printemps, portées par le Chantier, se singularisent par leur convivialité. Les cuisiniers y entonnent à pleine voix des chants provençaux pendant le service, les habitants (se) saluent d’un bonjour jovial, le sourire est facile. Il fait bon vivre à Correns… En témoignent les lieux qui servent d’écrin au festival, comme le petit théâtre de verdure ombragé par les oliviers où l’on palabre jusqu’à plus soif ou la Roquette, un pré qui longe la rivière l’Argens et traverse Courren (Correns en provençal), permettant aux habitants et visiteurs de profiter de concerts gratuits.

Selon le programmateur, Frank Tenaille, « les nouvelles musiques traditionnelles et du monde sont la projection d’une société traduisant la vie et la mort, le profane et le sacré, le travail et la fête. » D’où le thème de cette nouvelle édition, « les musiques de la terre ». Pas moins de trente concerts sont au programme, dont huit créations en première mondiale, entre fêtes endiablées et moments intimistes.

Artho Duo allie le saxophone, la flûte et la douce voix de Julie Garnier à la vielle à roue électroacoustique de Marc Anthony. Leur credo ? « Chercher sans savoir, appeler sans réponse, quête obstinée ». Une quête symbolisée par le bourdon, l’une des cordes de la vielle à roue que l’on retrouve de l’Inde jusqu’en Europe du Nord, allégorie du mélange des expressions offert par les musiciens voyageurs au cours de leurs périples.

C’est justement au cours de multiples pérégrinations dans les Balkans qu’Isabelle Courroy a assimilé durant vingt ans le principe des flûtes kaval pour concocter L’Immobile Voyage avec Wassim Halal (aux percussions) et Shadi Fathi (au sétar et au shouranghiz, des instruments à cordes pincées iraniens). « “Q-w-l”, la racine arabe du mot “kaval” (“flûte” en langue turque), signifie “parole”. Cette étymologie nous éclaire sur le pouvoir sacré de ces instruments et invite le musicien au rôle de médiateur, voire de magicien. »

La création Nbimbezele — qui signifie « les gens qui ne se connaissent pas et qui jouent de la musique ensemble » — constituera certainement un autre temps fort du festival. Le lien entre des musiques de traditions orales traditionnelles et l’improvisation générative est la caractéristique des créations du compositeur Camel Zekri. Il travaille depuis 1999 avec les pygmées Aka, peuple nomade des forêts de la République Centrafricaine qui entretient une relation harmonieuse, voire fusionnelle avec la nature. Ensemble, ils ont constitué des trésors inspirés par la vie quotidienne, la chasse ou la cueillette, qu’ils nous présenteront pour la première fois au monde.

De l’autre côté du globe, Roger Raspail — dont le talent a servi plusieurs générations d’artistes, de Cesaria Evora à Papa Wemba, en passant par Chico Freeman — est l’un des maîtres du Ka, un tambour traditionnel guadeloupéen fabriqué avec des fûts de rhum recouverts de peaux de chèvre. Le Chantier l’a sollicité pour participer à une résidence de création autour de cet instrument, en association avec un autre maître du genre : Sonnabil. Le ka est aussi « une fête, un rite, une mémoire collective », une expression artistique incluant la danse, les chants et les percussions. Rassemblant toutes les couches sociales et prenant racine dans l’esclavagisme du commerce triangulaire du XVIIe siècle, c’est un genre musical de révolte qui, malgré les siècles, continue à exprimer une certaine revendication. Seront-ils en colère ce soir-là ?

 

Grand Prix de l’Académie Charles Cros et notamment salué par Astor Piazzola, l’illustre Raúl Barboza nous fera l’honneur de raconter la Terre sans mal des Indiens guaranis, qui cherchent depuis des temps immémoriaux un lieu où ils pourront vivre sans douleur ni souffrance. Leur terre est aujourd’hui circonscrite à quelques parcelles, tandis qu’ils sont eux-mêmes réduits à l’esclavage par de riches propriétaires, ce qui a déclenché une vague conséquente de suicides. « Là est ma vie, là est mon âme. Si vous me privez de cette terre, vous me prenez ma vie », expliquait Marcos Veron, brutalement assassiné pour avoir essayé de récupérer ses terres. Dans une sorte d’hommage, Raúl Barboza a choisi certaines compositions dans les styles de swing correntino, mazurka ou scottishes d’Europe Centrale.

Parmi les concerts intimistes, on retiendra celui, prometteur, de Deborah Nabet. S’accompagnant de tambours tel que le bendir (un petit instrument tenu à la main surtout utilisé dans les musiques berbères et particulièrement en Kabylie), elle chantera des mélodies séfarades (judéo-espagnoles ou yéménites) pour raconter l’amour et le désir.

Pour parfaire le tableau, deux expositions viendront éveiller nos yeux et, peut-être, des souvenirs : l’une, photographique, par l’un des piliers du festival, le Camerounais Bill Akwa-Bétotè, l’autre de la talentueuse artiste peintre hongroise Nagy Niké, dont « l’œuvre picturale tient de la métaphore mélancolique et de la quête grave d’un voyage absolu » selon l’écrivain et commissaire d’exposition Salvatore Lombardo.

De quoi faire un beau voyage en perspective, autant pour les oreilles que pour les yeux.

 

Catherine Moreau

 

Les Joutes musicales de Printemps : du 18 au 20/05 à Correns.
Rens. : 04 94 59 55 48 / www.le-chantier.com

Le programme complet des Joutes musicales de Printemps ici