Cinémanimé

21e édition du festival du cinéma d'animation proposé par Cinémas du Sud : projections, ateliers...

Cinémas du Sud & Tilt est née de la fusion des deux associations. Cette nouvelle entité poursuit les actions des deux structures et est pleinement active et impliquée dans l’action culturelle cinématographique, le développement du public, l’éducation artistique et la formation, jouant ainsi un rôle essentiel de liaison entre les professionnels et le public en Provence-Alpes-Côte d’Azur. 

Avec Cinémanimé, qui fête cette année ses 21 ans, Cinémas du sud & tilt propose de (re)découvrir le meilleur du cinéma d’animation dans 26 salles de cinéma de la Région Provence-Alpes-Côted’Azur avec des films en avant-première, en sortie nationale ou en reprise. 

À travers une vingtaine de films sélectionnés, la programmation s’adresse à tous les publics : du jeune spectateur à l’adulte, reflétant la diversité du cinéma d’animation. 

Les séances sont suivies d’ateliers pour le jeune public qui découvre les différentes techniques de l’animation (papier découpé, marionnette, stop-motion, pâte à modeler…) mais aussi de rencontres avec des professionnels du cinéma d’animation qui viennent échanger avec le public et partager leur expérience. Cette année nous recevrons le réalisateur Alain Ughetto, le directeur artistique et historien Xavier Kawa Topr et les artistes Elphège Berthelot, Marie-Jo Long, Camille Goujon et Romain Cherbonnier qui animeront les ateliers.

 

Autre dates/lieux

Cinémas du Sud
Du 14 octobre au mardi 10 novembre 2020
Tarifs variables suivant les lieux
Rens. 04 91 91 07 99 - communication@cinetilt.org
http://www.festival-cinemanime.fr/
Région PACA

Article paru le mercredi 14 octobre 2020 dans Ventilo n° 446

Cinémanimé

Petits pas sur grand écran

 

Vingt-huit salles de la Région Sud se sont emparé de la vingt-et-unième édition de Cinémanimé, portée par Cinémas du Sud & Tilt, pour proposer, à destination du jeune public, séances spéciales, avant-premières, rencontres et ateliers.

  Dans la situation de crise que vit aujourd’hui l’industrie cinématographique, crise dont les origines sont bien plus profondes que les seules conséquences du contexte sanitaire, il est une question finalement peu traitée par les grandes instances de la profession : celle de l’éloignement toujours plus prégnant constaté entre le public jeune et la salle de cinéma, dont le dispositif ontologique reste, rappelons-le, une expérience collective au sein d’un lieu plongé dans l’obscurité, face à un large écran de projection. L’actuelle cathodique ministre de la Culture déclarait récemment à Deauville, lors des annonces de plans de sauvetage de la filière, « qu’il fallait mettre tous les moyens pour œuvrer à la reconquête du jeune public ». Vœu pieux qui fait fi d’une réalité que peu de professionnels décident d’aborder frontalement. D’autant qu’un autre spectre plane sur l’exploitation cinématographique : celui d’une annulation — du moins à ce jour d’une réelle incertitude — malheureusement possible des dispositifs d’éducation à l’image, dont écoles, collèges, lycées et apprentis au cinéma. Dans l’affirmative, les conséquences seraient évidemment dramatiques pour le jeune public et les salles elles-mêmes. Fort heureusement, certaines actions restent maintenues, permettant de développer ce précieux rapport à l’image en mouvement, à destination de nos pitchouns. La manifestation Cinémanimé, portée par la structure Cinémas du Sud & Tilt (qui ont récemment fusionné), offrira pour sa vingt-et-unième édition l’occasion de doubler les plaisirs cinématographiques des tout-petits, en proposant d’une part de nombreuses séances, dont certaines en avant-première, et en organisant d’autre part, conjointement, une série d’ateliers de haut vol, propres à se familiariser de manière ludique avec les gestes du cinéma. À l’instar des années précédentes, de nombreuses salles de la région se sont inscrites dans ce dispositif, permettant à un vaste public d’y avoir accès à deux pas de chez lui. Question programmation, une poignée de belles avant-premières permettra de découvrir avant leur sortie les opus d’animation particulièrement attendus cet automne, de Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary de Rémi Chayé à Petit Vampire de Joann Sfar, en passant par les programmes de courts tels En attendant la neige ou Le Prince serpent. Cinémanimé permet également de reprogrammer en salles quelques-unes des belles surprises de cette année 2020, du sublime Ailleurs de Gints Zilbalodis à Chien pourri, la vie à Paris ! de Davy Durand et Vincent Patar, Josep d’Aurel (l’une des merveilles de cette rentrée), Lupin III, the first de Takashi Yamazaki ou Les Mal-aimés d’Hélène Ducrocq. L’événement n’aurait évidemment pas la même ampleur sans les animations qui accompagnent la projection des œuvres : de la journée de formation sur le stop motion au travail en papier découpé, de l’atelier de découverte d’objets sonores à celui de création d’un personnage à croquer, s’inspirant de l’artiste Arcimboldo, tout est fait pour tisser ce lien entre fabrication et diffusion des films, sensibilisant le jeune public au processus même de création.  

Emmanuel Vigne

 

Cinémanimé : du 14/10 au 10/11 dans 28 salles de la Région Sud-PACA.

Rens. : 04 91 91 07 99 / www.festival-cinemanime.fr

Le programme complet du festival Cinémanimé ici