Un été aux Aygalades

Programmation conjointe des structures habitantes de la Cité des Arts de la Rue : spectacles, ciné, musique, performances, exposition, art urbain, ateliers, balades, marché...

En 2021, la Cité des arts de la rue et dix de ses structures habitantes lançaient "Un été aux Aygalades", édition 0.

 

Spectacles, ciné, musique, performances, exposition, art urbain, ateliers, balades, marché... ont réuni près de 5 000 visiteurs-spectateurs, autour de 20 rendez-vous donnés sur la période.

En 2022, l’envie est intacte de reconduire le projet, ouvrir grand les portes de la Cité des arts de la rue et de lui donner de l’ampleur! Dès le 4 juin, 25 rendez-vous donnés à tous les publics, depuis les voisins de la Cité des arts de la rue jusqu’à la métropole Aix-Marseille. 

 

 

Quatre temps forts se dessinent : 

la Fête du Ruisseauouvrira cet été aux Aygalades les 4 et 5 juin à la Cité des arts de la rue

une grande Fête de Quartierbattra son plein les 17 et 18 juin dans la Cité des Aygalades en complicité avec les artistes de la Cité des arts de la rue

un weekend de propositions artistiques contemporainesse posera à la Cité des arts de la rue les 1/2/3 juillet invitant notamment le Festival de Marseille à investir les lieux

> dès la mi-juillet, place aux enfants : le lieu se métamorphose en Cité aux Enfantspour 5 semaines autour d’ateliers de pratique pour les petits...

Quartier Saint-Louis-Les Aygalades
Du 4 juin au 27 août
Gratuit
https://www.lacitedesartsdelarue.net/
13015 Marseille

Article paru le mercredi 15 juin 2022 dans Ventilo n° 466

Un été aux Aygalades

L’été de la régalade

 

L’annonce de l’été ne veut pas juste dire que les moustiques sont de retour... Aux Aygalades, ce sont les piqûres de spectacles jusqu’au 27 août, impulsées par la Cité des Arts de la Rue et Lieux Publics, qui nous rappellent l’été.

    L’été casanier doit ouvrir ses fenêtres et aérer la chambre cette année. Pas de pyjama en plein après-midi cette fois-ci, ou d’apéro en visio, quand la Cité de Arts de la Rue profite de la saison pour élargir ses propositions et jouer aux Aygalades avec ce qui l’entoure. L’été aux Aygalades, c’est l’occasion de profiter de l’été entre les balades et les spectacles, dans des espaces légèrement ombragés. Les propositions s’enchainent jusqu’en septembre, entre musique, théâtre et performance, en investissant différents espaces. La Cité des Arts de la Rue devient tout entière un spectacle à parcourir. Les questionnements sont d’actualité : en laissant la parole aux artistes, « chroniqueurs des questions d’actualité », qui explorent à la fois les questions du genre, de l’identité et de ses pluralités, mais aussi des valorisations de l’espace et du territoire qui nous entourent. On peut commencer par parler d’Ox, l’artiste qui invite à prendre conscience de l’espace urbain en transformant le regard porté sur un espace quotidien en un élément plus contemplatif ou réfléchi. L’artiste proposera un workshop de création à partir d’éléments de récupération, et présentera son travail de détournement des affiches publicitaires, par ses collages qu’il dispose librement. On pourra ensuite suivre le début d’un grand projet, celui de Laëtitia Madancos, de la compagnie l’Entaille. Elle a prévu de sortir sa chambre à coucher dans la rue et de la pousser, littéralement, depuis les Aygalades jusqu’au Havre, une traversée pour repousser et explorer les limites du déplacement dans l’espace public, et ce, depuis son nid douillet. On pourra accompagner le début de son parcours jusqu’à la Cité des Arts de la Rue. La poésie sera mise sous haut-parleur. À commencer par Pina Wood, qui marquera un temps fort avec Parce que les majorettes finissent toutes sous un tas de bûches ou dans une bétonneuse, que la poétesse définit comme un « poème métisse à tout point de vue ». L’occasion de proposer une réflexion, et des interactions avec son public pour célébrer un « je » pluriel. Puis au tour de Métagore Majeure. Dans une grosse BM, des teintes néon à la tombée de la nuit, la compagnie Canicule nous fera vivre un moment fort dans un spectacle tout en mouvements et en émotions. Les deux comédiennes Pauline Desmarets et Olivia Smets joueront là où les contradictions s’enchainent et se rencontrent, en parlant de ce qu’elles aiment dans le rap, mais aussi de cette ambivalence que l’on rencontre entre misogynie et poésie, entre la haine et l’amour. Et quand il s’agit du jour, les minots pourront profiter de ce qui les entoure. L’été aux Aygalades propose des activités dédiées pour faire voyager les enfants présents, en leur proposant tour à tour des ateliers artistiques et du soutien scolaire, mais aussi un labyrinthe aux multiples obstacles débouchant sur une grande tyrolienne pour créer, le temps de la descente, un peu de vent rafraichissant. Enfin, parmi tous ces évènements rythmés, l’été aux Aygalades relance la fête de quartier des Aygalades, qui marque un des temps forts de cette édition. L’évènement, manqué depuis dix ans, se verra paré par la compagnie Titanos et les habitants par une scénographie digne de ce retour. Et ce sont aussi dix ans sans banquet qu’il faut rattraper ! Floriane Facchini nous présentera Cucine(s), un banquet créé à partir de six mois d’écoute des habitudes et des pratiques culinaires des habitants du quartier. La Cité des Arts de la Rue et le quartier des Aygalades renouvelleront ainsi leurs vœux de voisinage avec cette fête, en s’alliant pour créer deux beaux jours d’été, pleins de convivialité. Lieux Publics et la Cité des Arts de la Rue nous ont donc concocté un été gagnant, en coordonnant l’ensemble de ses évènements ; un été dépaysant, juste à côté !  

Mohamed Boussena

   

Un été aux Aygalades : jusqu’au 27/08 (Quartier Saint-Louis-Les Aygalades ; 15e).

Rens. : www.lacitedesartsdelarue.net