Cinéastes Arpenteurs : Qu’est-ce qu’un territoire ? 

Projections dans le cadre du colloque éponyme organisé par le LESA – Laboratoire d’Études en Sciences des Arts – Aix Marseille Université)

Cette programmation a pour un cadre un colloque inscrit dans l’axe de recherche Imaginaire urbain en Méditerranée du LESA et issu d’un programme de recherche mené sur le Centre Méditerranéen de Création Cinématographique (Programme histoires, archives, pratiques et rayonnement, C.M.C.C., Pépinière Amidex, 2017-2019). Ce colloque s’intéresse aux productions des cinéastes arpenteurs. Le programme de recherche sur le C.M.C.C., actuellement en cours, reconstitue l’histoire du centre à partir de ses archives, de ses productions et de témoignages. Dans le prolongement des recherches menées par les membres du comité scientifique, ce colloque propose de prendre comme point de départ un projet de film de René Allio, Un Labyrinthe, pour interroger la démarche de cinéastes qui explorent, décrivent, arpentent un espace défini. Problématiser la notion de territoire en cinéma sera au cœur des préoccupations.

Robert Kramer fut un des collaborateurs de ce projet de film collectif. Intervenant au séminaire Écriture, sa présence au C.M.C.C. fut marquante pour les jeunes cinéastes et visiteurs des rencontres du centre. Actualiser la réflexion sur ses films, les programmer, revenir sur la pensée, son écriture, est une manière de poursuivre et d’ouvrir notre programme de recherche sur le C.M.C.C.

Ce colloque envisage d’interroger des cinéastes qui arpentent, parcourent, décrivent et tissent des territoires réels, imaginaires ou fantasmés. Leur œuvre offre un travail de figuration filmique qui permet de penser l’espace dans son épaisseur temporelle. Le cinéaste-arpenteur est celui qui sort des terrains quadrillés et marqués par les signes du pouvoir pour échapper aux circulations rapides, aux rythmes effrénés des vitesses imposées. Il donne à voir ce qui ne se reconnaît pas, ce qui échappe à ce qui était prévu, ce qui tend à disparaître et pourtant fait trace. Ainsi les films qui seront abordés produisent des territoires inédits, hétérogènes. Ils figurent une géographie de trajets et des intervalles réels, désirés ou imaginés qui attestent, comme le note René Allio dans Un Labyrinthe, que « le réel, présent ou passé, remémoré pour un autre et narré, devient aussi le fruit d’une création ». Les mouvements de migration, les communautés imaginés, les paysages modifiés par l’industrie ou les technologies affectent le territoire connu et le transforment en un flux en mouvement et en construction permanente. Le travail des cinéastes arpenteurs est celui qui engage le spectateur dans une exploration de la mémoire intime et collective et le confronte à ce que le territoire charrie d’histoires et de représentations. Le territoire s’élargit alors hors de ses frontières, vers d’autres espaces.

Le C.M.C.C. avait été pensé comme un outil d’aide à la production et à la création cinématographique. C’était aussi un lieu d’échange et de réflexion. Les liens d’amitiés et de travail de Jacques Allaire, administrateur du centre, de Jean-Pierre Daniel et de Renaud Victor, tous actifs et présents au C.M.C.C., avec Fernand Deligny, nous engagent à poursuivre la réflexion sur la pensée de ce dernier sur l’espace et l’image. Les colloques, les discussions et les travaux de création initiés par Allio, portaient sur le territoire de la narration filmique, sur les rapports entre centre et périphérie et sur les ruptures et les continuités du cinéma en méditerranée. Cet ensemble théorique associé aux films réalisés et aux projets de scénarios qui y ont été discutés nous invitent à réactualiser ces réflexions sur la création cinématographique en région. Or, une région n’est-elle qu’un territoire géographique ou administratif ? Le texte d’Allio envisage celle de Marseille comme un territoire de mémoire, d’oubli et de pensée en devenir. C’est donc dans cette perspective que les  territoires arpentés seront ici envisagés.

Pour votre information, le Videodrome 2 reçoit uniquement les projections liées au colloque.

Vidéodrome 2
Du 26 novembre au samedi 30 novembre 2019
Tarifs variables suivant les séances
Rens. 04 91 42 75 41
www.videodrome2.fr
49 cours Julien
13006 Marseille
04 91 42 75 41

Article paru le mercredi 27 novembre 2019 dans Ventilo n° 438

Cycle « Cinéastes arpenteurs » au Vidéodrome 2

Traverser le champ

 

L’équipe du Vidéodrome 2, en partenariat avec de nombreux partenaires, propose en cette fin du mois de novembre l’un des plus beaux cycles de sa saison, consacré aux « Cinéastes arpenteurs ». L’occasion de repenser la fonction même du cinéma.

  En-dehors des circuits industriels de la diffusion (distribution et exploitation), dont nous ne cessons ici de souligner l’agonie d’un système, le cinéma sait se réinventer, se re-projeter, mais dans le cadre de lieux alternatifs qui parviennent à donner sens à la projection d’œuvres dans une dynamique de partage collectif, avec intelligence et audace. Sans conteste, Vidéodrome 2 s’inscrit dans cette cinématique. Et cette réflexion se confirme magistralement à la découverte du prochain cycle qui animera la salle du Cours Julien : avec « Cinéastes arpenteurs : Qu’est-ce qu’un territoire cinématographique ? », l’équipe programmatrice explore l’une questions primordiales sémiologique, philosophique, voire ontologique, du cinéma, celui du territoire traversé. Ayant pour cadre le colloque inscrit dans l’axe de recherche « Imaginaire urbain en Méditerranée » du LESA et issu d’un programme de recherche mené sur le Centre Méditerranéen de Création Cinématographique, les films présentés ici accompagnent l’essence même de l’aventure cinématographique, celle qui s’étend du champ au hors champ, qui conditionne toute écriture libre de l’image en mouvement. Nous retrouverons au sein de cette programmation les chefs d’œuvre à (re)voir sans tarder, que sont Ce gamin-là et Fernand Deligny : à propos d’un film à faire, de Renaud Victor, Rome plutôt que vous, Révolution Zendj et Inland de Tariq Teguia, en sa présence, ou Paradis de Christian Barani. La beauté de l’événement s’inscrit par ailleurs dans les diverses rencontres et échanges que partagera une kyrielle d’invité.e.s, propres à questionner avec le spectateur ce fondement même du cinéma.  

Emmanuel Vigne

 

Cycle « Cinéastes arpenteurs » : du 26 au 30/11 au Vidéodrome 2 (49 Cours Julien, 6e).

Rens. : www.videodrome2.fr

Le programme complet du cycle « Cinéastes arpenteurs : Qu’est-ce qu’un territoire ? » ici