François Morel © Giovanni Cittadini Cesi

L’Interview | François Morel

Invité permanent du 7/9 de France Inter le vendredi, François Morel nous régale de ses chroniques poétiques, tendres, incisives, décalées. Nous avons profité de son passage à Aix au Théâtre du Jeu de Paume pour l’interroger sur cette facette de son métier et sur son dernier billet, étroitement lié à l’actualité culturelle.

 

Dans votre chronique du 16 octobre sur France Inter intitulée Reprogrammations théâtrales, n’y avait-il pas une certaine colère derrière l’humour ?
L’amateurisme me sidère ! Et encore, je fais attention de ne pas être insultant.
Le Président de la République dit « Couvre-feu à 21h ! Tout le monde doit être rentré chez soi à cette heure-là. » Donc lorsqu’on habite à trois quarts d’heure du théâtre ou du restaurant où on se rend, on doit partir à 20h15. Jusque-là, il me semblait qu’au moins pour ce qui concernait ce type de services et d’autres, il y avait une envie d’égalité… Alors que là, qu’est-ce que ça signifie ? Que seuls les habitants des centres-villes vont pouvoir avoir le droit d’aller manger au restaurant ou d’assister à une pièce de théâtre ? Je trouve cela hallucinant de mépris et d’ignorance concernant la vie des gens.

 

Que pensez-vous de la position de la ministre de la Culture ?
Le 14 octobre, le président parle. Le lendemain, la ministre de la Culture annonce : « Ah ben finalement non, peut-être pas 21h pour tout le monde, nous pourrions peut-être accepter que les gens quittent à 21h la salle de spectacle et ensuite ils n’auraient qu’à montrer leur ticket d’entrée pour être en règle… » Et là, tu te dis : « Mais pourquoi ils n’y ont pas pensé avant ?! » En plus, ça n’a pas été accepté… Ça me laisse sans mots…
La culture, on en parle beaucoup pour dire que c’est important, que cela fait partie de l’économie, mais en même temps, on n’en a rien à foutre, il y a un mépris total pour les travailleurs de ce secteur. Cette nourriture intellectuelle est importante pour tout le monde. Ce ne sont pas les discours de Monsieur Macron qui vont donner du grain à moudre pour les esprits. On a besoin des artistes, encore plus dans cette période difficile, et au contraire étonnamment, c’est le moment où ils sont le plus négligés et ignorés.
Il y a une méconnaissance totale de qui nous sommes…
Les pièces vont être reprogrammées… Comment va-t-on reprogrammer des spectacles ? Ça ne veut rien dire ! Il n’y a pas beaucoup de pensée derrière tout ça…
Oui, en fait, j’étais assez énervé, et je le suis encore ! (Sourire)

 

Comment ces mesures gouvernementales vont-elles impacter le reste de votre tournée ?
Franchement, ce n’est pas tellement à moi que je pense. D’abord parce que j’ai 61 ans, j’ai beaucoup travaillé ; s’il y a des périodes où j’ai moins de dates, ça ne va pas trop bouleverser ma vie. Je m’occupe toujours d’une certaine manière (1)Parmi toutes ces activités, notons entre autres la sortie récente du Dictionnaire amoureux de l’inutile avec Christine et Valentin Morel chez Plon. Puis la sortie d’un nouveau CD Tous les marins sont des chanteurs avec la participation de Bernard Lavilliers, Juliette, Antoine Sahler et toute une bande, dont Gérard Mordillat qui signe le livre recueil de la biographie et des poèmes d’un poète et marin breton méconnu : Yves-Marie Le Guilvinec. Un spectacle sera créé en janvier 2021 à la Scala Paris.
Le 12 novembre paraîtra également Au comptoir des philosophes. Les grandes citations revues et corrigées avec Victorine de Oliveira, recueil de ses chroniques pour Philosophie Magazine.
Et en décembre, un livre pour enfants, Le Téléphone du Père Noël, dans la collection « Une histoire et Oli » (France Inter).
Au cinéma enfin, on peut l’entendre dans Josep de Aurel et le voir dans Le Discours de Laurent Tirard.
. J’ai toujours des projets, donc si je ne joue pas, je ferai autrement. Pour l’instant, mes prochains spectacles prévus en région parisienne sont reportés. Au lieu de jouer le mercredi, ce sera le samedi parce que c’est plus facile d’être à 18h dans un théâtre ce jour-là, surtout lorsque que l’on travaille pour la plupart du temps à Paris. Le télétravail a beau avoir fait la une de plusieurs médias, il semble peu développé, je crois que ça concerne 10 % de la population.

 

Comment choisissez-vous les sujets de vos chroniques ?
Quelquefois je colle à l’actualité, comme avec l’annonce de Macron, qui était quand même un sujet impossible à laisser passer, ou lorsqu’il y a des décès qui me touchent… Dans ce cas-là j’aime bien dire au revoir en mots, comme récemment avec Juliette Gréco, Piccoli, Bedos, Dabadie, ma maman… En fait, les sujets s’imposent un peu comme ça vient, une indignation comme vendredi, une consolation, un hommage, un clin d’œil, une histoire idiote… Je ne pense pas que les gens puissent être indignés chaque semaine. Je n’y crois pas. Donc j’opte pour l’alternance de formes, éviter de faire la même chronique de semaine en semaine.
Ma date limite pour trouver un sujet est le jeudi matin, autrement je ne dors pas et ça me panique trop. Contrairement à Didier Porte qui se levait à 5h pour venir lire les journaux à la radio et écrire sa chronique dans la foulée. Je ne suis pas assez journaliste pour faire de cette façon. Je ne suis pas journaliste, d’ailleurs. (rires)

 

Faites-vous lire vos chroniques avant de passer à l’antenne ?
Non, il n’y a pas d’obligation. Ça reste un lieu de liberté et je l’use comme j’en ai envie. On me fait confiance. Je les envoie généralement à Juliette Hackius, l’assistante de Demorand, pour des raisons techniques de calage de paroles. Si je suis à France Bleu Provence comme ce matin et non dans le studio de Radio France, je ne peux donc pas le relancer d’un regard pour qu’il enchaîne.

 

En novembre va sortir Au comptoir des philosophes, qui compile les chroniques que vous faites pour Philosophie Magazine. Qu’est-ce qui vous attire dans la chronique ?
La profession de chroniqueur m’irait mieux que celle d’écrivain. Je ne me suis jamais senti écrivain. Alors que chroniqueur, oui ! La forme est plus ramassée, c’est une impression qui tient en quelques milliers de signes, ça me correspond davantage car je pense avoir quelque chose d’assez laconique dans ma manière d’être et de parler. Et je n’ai pas le projet de réécrire Les Misérables parce que j’en suis bien incapable. (sourire)
C’est aussi un défi que je me lance. Ces chroniques philosophiques en étaient un, vu que je suis loin d’être philosophe. Le point de vue était de m’amuser à partir d’une citation : comment la faire entendre différemment ? Qu’est-ce que ça faisait résonner en moi ? Comment est-ce que je pouvais raconter le monde à travers ces citations-là ? C’était presque un jeu littéraire pour moi. Cela me demandait beaucoup d’énergie, donc lorsque j’ai fini le livre j’ai décidé d’arrêter. Je ne sais pas si c’était réussi et là n’est pas la question, parce que parfois on écrit des critiques très vite et elles sont bonnes et parfois on met un temps infini et elles ne sont pas bonnes. Mais là, je sentais que je n’avais pas assez les armes philosophiques pour approfondir vraiment la question. Alexandre Lacroix (directeur de la rédaction de Philosophie Magazine, ndlr) était triste, il m’a dit « trouve autre chose ». Donc maintenant je fais des conseils de vie un peu déconnants et accabrantesques ; je m’amuse bien… De temps en temps, je fais des trucs pour Siné Mensuel ; c’est encore plus court 1500 signes. J’y ai entrainé Patrick Pelloux et toute la bande de Par Jupiter, Charline, Guillaume, Alex… y donnent aussi des coups de gueule.

 

Avez-vous des auteurs qui vous aident à écrire vos diverses chroniques ?
Ah ah ! Heureusement que non, ce n’est qu’une fois par semaine ! Je ne voudrais pas juste être interprète de chroniques. Il faut que ça me ressemble, car l’intérêt de cet exercice pour moi est de donner mes impressions personnelles, sinon ça ne m’intéresserait pas, je ne ferais que de la radio ou je privilégierais la radio par rapport à la scène. Et pour moi, la scène, c’est là où j’habite. Là, en ce moment je suis à Aix pour J’ai des doutes, ma journée s’organise en fonction de ce rendez-vous que j’ai à 20h ! Enfin… 18h maintenant. (rires)

C’est cela que j’aime profondément. Et puis toutes ces expériences, chroniques comprises, sont des bons moyens pour pouvoir gamberger sur des écrits qui parfois peuvent s’avérer devenir des points de départs pour d’autres idées de spectacles… Comme pour Les Marins sont tous des chanteurs, suite à une proposition de Gérard Mordillat pour son festival Ciné Salé.

Même si la rédaction des textes génère de l’inquiétude, assortie du sentiment de ne rien avoir à dire, cela donne surtout beaucoup de plaisir et ça ne s’émousse pas avec le temps. Et puis quand j’ai écrit une chronique qui me plait, je suis content.

 

Propos recueillis par Marie Anezin

 

Retrouvez François Morel tous les vendredis à 8h55 sur France Inter.

 

 

 

 

Notes

1 Parmi toutes ces activités, notons entre autres la sortie récente du Dictionnaire amoureux de l’inutile avec Christine et Valentin Morel chez Plon. Puis la sortie d’un nouveau CD Tous les marins sont des chanteurs avec la participation de Bernard Lavilliers, Juliette, Antoine Sahler et toute une bande, dont Gérard Mordillat qui signe le livre recueil de la biographie et des poèmes d’un poète et marin breton méconnu : Yves-Marie Le Guilvinec. Un spectacle sera créé en janvier 2021 à la Scala Paris.
Le 12 novembre paraîtra également Au comptoir des philosophes. Les grandes citations revues et corrigées avec Victorine de Oliveira, recueil de ses chroniques pour Philosophie Magazine.
Et en décembre, un livre pour enfants, Le Téléphone du Père Noël, dans la collection « Une histoire et Oli » (France Inter).
Au cinéma enfin, on peut l’entendre dans Josep de Aurel et le voir dans Le Discours de Laurent Tirard.