Liminal à la Galerie Art-Cade des Grands Bains Douche

Liminal à la Galerie Art-Cade des Grands Bains Douches de la Plaine

Curriculum vital

 

L’exposition Liminal se prolonge jusqu’au 14 novembre, nous donnant plus de temps pour venir admirer cette double restitution de résidences atypiques à la galerie des Grands Bains Douches de la Plaine.

Le grand écart, c’est cette position inconfortable adoptée par les jeunes diplômés à la sortie de leurs études : un pied en-dehors, l’autre en dedans, sans pour autant avoir un seul pied-à-terre. Le plus souvent sans revenus suffisants pour pouvoir s’octroyer un atelier, les voici amenés à déplacer leur pratique. Ils devront aller au devant et partir à la rencontre d’un nouveau monde encore inexploré, celui de l’entreprise.

Liminal présente les productions artistiques issues de deux résidences en entreprises accompagnées par Mécènes du Sud Aix-Marseille, art-cade et Collective, dans le cadre du programme Travail ! Travail !. Dans cette seconde édition sont mis à l’honneur les travaux de Flore Saunois, Tzu Chun Ku, Kévin Cardesa et Aurélien Meimaris, tous diplômés des Beaux-Arts de Marseille entre 2016 et 2018. Accueillis avec bienveillance entre les murs de HighCo à Aix-en-Provence et de GTM Sud à Marseille, les quatre artistes, loin de laisser leur imagination se tarir, l’ont au contraire vue titillée dans ce nouvel environnement. Chacun a pu investir un terrain qui est devenu celui de jeux d’infiltration et de rencontres. Celles-ci, fondées sur une curiosité mutuelle, se sont vues consacrées par l’affleurement d’une farandole d’objets poétiques.

Durant plusieurs mois, des prélèvements infimes ont été opérés sur les lieux de manière presque chirurgicale. Les échantillons sont principalement plastiques, mais peuvent aussi bien être sonores (comme pour les travaux de Flore Saunois et Tzu-Chun Ku) qu’algorithmiques (pour ceux de Kévin Cardesa et Aurélien Meimaris). Chacun des terrains est finement filtré. Côté sonore, les pas sourds dans un tunnel sont révélés par une installation sonore, et des panonceaux prélevés et relocalisés font perdre au spectateur son sens de la visite. Le pan algorithme infiltre délibérément le terrain d’étude pour pouvoir mieux se l’accaparer et inverser les rôles : les salariés de l’établissement deviennent alors les acteurs de leurs propres petites entreprises. Ils se retrouvent filmés dans une série de vidéos intrusives, leurs visuels commerciaux sont détournés et leurs propres bases de données instrumentalisées afin de recréer une œuvre correspondant aux critères de l’entreprise. Chaque pièce constituée à partir de la matière prélevée de son lieu initial révèle une véritable poétique cachée dans la strate de l’ordinaire.

 

Elena Salougamian

 

Liminal : jusqu’au 14/11 à la Galerie Art-Cade des Grands Bains Douches de la Plaine (35 rue de la Bibliothèque, 1er).

Rens. : https://art-cade.net/

Finissage le 12/11, avec présentation d’une édition réalisée par Christophe Berdaguer, Marie Péjus et Susanna Shannon