Festival d'accordéons © @andimateriell

Le Festival d’accordéon au Non-Lieu

Accordés, accordéons…

 

Retour sur le festival annuel d’accordéon du Non-Lieu. Une réussite, à plus d’un titre…

 

Après de grands moments dus, entre autres, à Raoul Barbosa, Francis Varis, Gérard Blanchard et Régis Gizavo les années précédentes, l’édition 2018 n’a pas démenti son pouvoir de surprises en présentant une spéciale musique yiddish (klezmer si l’on préfère), orchestrée de main de maître par l’accordéoniste américain Alan Bern, l’un des grands maîtres de cette réjouissante spécialité à caractère international (Bern est également compositeur de musique contemporaine). Non content de jouer la carte soliste, il a animé et préparé le concert d’élèves du Conservatoire de Marseille (CNRR), accordéonistes en herbe (de 7 à 16 ans) souvent fort talentueux, épaulés par l’un de leurs professeur, Damien Paradisi (l’autre étant Sylvain Gargalian), qui s’est également montré un partenaire inspiré de Bern en un duo inattendu monté des hauteurs himalayennes. Les jeunes accordéonistes ont manifesté leur joie de jouer avec beaucoup de feeling sur un répertoire qu’ils avaient découvert depuis peu, ce qui traduit bien la passion que Bern a su leur insuffler. S’étaient joints à l’ensemble deux clarinettistes du CNRR, démontrant à l’envi que les deux instruments s’associent aisément. Cette complicité instrumentale avait été affirmée en ouverture du festival par la clarinettiste Léa Platini avec son groupe pluridimensionnel, du duo au quintette, Les Oreilles d’Aman. Léa Platini n’a pas hésité à dialoguer le dernier soir avec Alan Bern : un beau moment de partage.

Il est rare de voir associées plusieurs générations de musiciens, enfants et maîtres de haut niveau. Musique « yiddish » dit Bern, qu’il préfère au label « klezmer », musique festive, musique du cœur, de celles qui laissent sans défense, au-delà des barrières musicales et affectives, comme le blues, la musique celtique ou tsigane. Ces genres musicaux ont en commun de pouvoir nous toucher au plus profond de nous-mêmes sans que nous comprenions pourquoi. Dans cette continuité de l’inattendu et de la qualité, nous pouvons déjà nous demander quel lapin accordéonistique le Non-Lieu va nous sortir de son chapeau pour son édition 2019. Une petite souris nous a soufflé Zydeco…

 

Olivier Puech

 

Le Festival d’accordéon était présenté du 15 au 17/11 au Non-Lieu.

Rens. : https://www.le-non-lieu.fr/