Le Baiser de Marseille de Valérie Mitteaux

L’Interview
Valérie Mitteaux

 

Documentariste engagée, Valérie Mitteaux passe de la photo au documentaire pour se pencher sur le désormais célèbre Baiser de Marseille. Rencontre avec une réalisatrice qui pointe avec talent les incohérences de notre société.

S’il n’y avait pas eu cette photo de Gérard Julien (AFP), vous seriez-vous intéressée au sujet ?
Non, tout est parti de ce cliché. La société Films de Force Majeure (1)Films de Force Majeure est une société de production marseillaise qui développe et produit des courts et longs-métrages, sans limite de contenu ni de format : http://www.films-de-force-majeure.com/ m’a proposé ce projet après la parution de la photo. Ils étaient admiratifs devant l’acte de ces jeunes filles et souhaitaient que je réfléchisse à une possibilité de projet. Au départ, je craignais qu’il n’y ait pas assez de matière mais l’image est vraiment forte. Quand on la regarde dans le détail, on voit qu’il y a des tas de zones que l’on peut questionner : la population qui fait cette manifestation « anti », l’organisation de ce combat, la graphie utilisée par ce groupe. Ce sont autant de portes d’entrée vers le sujet.

Quel est votre avis sur la question ?
Je pars du principe que nous sommes en démocratie ; il est légitime que tout le monde ait les mêmes droits. Ce qui est demandé est logique : que l’on ait ou pas un désir de mariage, d’enfants, il n’y a pas de raison pour empêcher des personnes ayant une orientation sexuelle différente d’y avoir accès. Quant à cette opposition, elle m’a surprise et heurtée. C’est un véritable coming out de l’homophobie. Ils s’affichent, sont organisés et pourtant se disent non homophobes. Je pense que ce comportement est basé sur des peurs ancestrales. Il y a une logique conservatrice qui veut que si l’on change quoi que ce soit au fonctionnement d’une société, ce soit dangereux. On sait pourtant que ça ne va pas provoquer le chaos. Dans tous les pays où cette loi existe, il ne s’est rien passé et des études montrent que les enfants n’ont pas plus de problème que les autres.

Votre propre orientation sexuelle renforce-t-elle votre intérêt pour le sujet ?
Ça joue. Il y a quelques années, à Paris, j’avais participé à l’action d’une association qui travaillait déjà sur le mariage gay. Même si je ne suis pas plus intéressée que ça par le mariage, j’avais participé à l’opération parce que ça me paraissait logique… Je ne crois pas vraiment au hasard, mais c’est assez logique que j’arrive là aujourd’hui.

Que pensez-vous du geste de Julie et Auriane ?
Elles posent un cas d’école car elles ne sont pas directement concernées par la question. Elles ne sont ni homosexuelles, ni particulièrement militantes. Au final, ça rend leur geste très fort d’un point de vue citoyen. Il signifie qu’elles ne se posent même pas la question ; pour elles, c’est une évidence. Dans leur génération, l’homosexualité n’est pas considérée comme une différence, donc elles ne voient pas pourquoi il faudrait qu’il y ait une différence d’un point de vue législatif. Je ne sais pas comment elles vont grandir, si elles deviendront militantes ou non, mais j’aimerais montrer qu’il a fallu du courage à ces deux filles pour assumer leurs opinions. C’est flagrant quand on voit les réactions des opposants sur la photo.

Pour ce documentaire, vous avez choisi de rencontrer, entre autres, les opposants au projet de loi…
C’est une évidence pour moi de rencontrer ces gens. Je prends ça aussi comme un défi intellectuel et un exercice de citoyenneté que de discuter avec quelqu’un qui dit « noir » quand vous pensez que « blanc » est de toute évidence le bon choix. Je vais tenter d’avoir des explications, de les confronter gentiment, de faire ressortir l’incohérence de leur discours. Le but aussi, c’est de comprendre sur quoi est basé ce rejet et de faire réagir les gens qui verront le film. Il y a aussi l’idée de mettre en avant le rapport qu’entretient la société française avec l’homosexualité, car même si on la vit mieux ici qu’ailleurs, la violence des débats montre bien que l’on est encore loin d’une acception totale.

Pourquoi tourner essentiellement à Marseille ?
C’est une ville intéressante pour plusieurs points. Il y a un rapport aux genres très singulier, très figé. On est soit féminin, soit masculin, les filles sont vraiment apprêtées, et du côté des garçons, la culture méditerranéenne (macho, dragueur) est très présente. Et puis il y a une certaine opacité sur l’homosexualité, c’est très complexe, ne serait-ce que par les positions des politiques. Il y a des rumeurs sur l’orientation de quelques responsables politiques, mais on n’en parle pas. Contrairement par exemple à Delanoë, qui a eu l’intelligence de faire son coming out il y a des années. Pour les homosexuels qui vivent ici, je me pose la question : que ressentent-ils, comment vivent-ils le fait que le monde politique marseillais n’assume pas ? Marseille est un bon échantillon pour travailler cette question.

Propos recueillis par Aileen Orain

> Voir Ventilo # 294 : http://www.journalventilo.fr/2012/02/21/les-films-de-force-majeure/

Le film est financé en partie par du crowfunding : http://fr.ulule.com/baiser-de-marseille

Pour suivre l’actualité du Baiser de Marseille et de la réalisatrice : http://blogs.tetu.com/baiser-de-marseille-gestation/

Notes   [ + ]

1. Films de Force Majeure est une société de production marseillaise qui développe et produit des courts et longs-métrages, sans limite de contenu ni de format : http://www.films-de-force-majeure.com/