Les Ateliers Blancarde

c’est arrivé près de chez vous | Les Ateliers Blancarde

Train en marge

 

S’inscrivant dans le prolongement des actions de l’association Dos Mares depuis 2013 à Marseille, le nouveau projet des Ateliers Blancarde sort des rails conventionnels de l’art contemporain pour se tourner vers le quartier.

 

C’est dans les anciens appartements du chef de gare de la Blancarde que les Ateliers ont établi leurs quartiers au début de l’année. L’endroit n’est pas anodin : c’est le service de transport qui a apporté au secteur sa dynamique. Si la Blancarde est traversée sporadiquement par une nuée dense de piétons, à certains moments de la journée, le quartier demeure sans vie. Point de rencontre idéal, le terrain est propice à l’expérimentation sociale : il s’agira donc de rendre cette rencontre manifeste dans le lieu de passage.
Une artothèque, une bricothèque, une bibliothèque, des ateliers, un jardin participatif : la complexité de la structure est intrinsèque à la complexité de la vie d’un artiste d’aujourd’hui. Chaque service vise à répondre à une multitude de dimensions, s’articulant autour d’un principe fondé sur le décloisonnement de l’écosystème artistique, l’ancrant plus profondément dans l’advenir du monde actuel. Comme le co-directeur Laurent le Bourhis le souligne, « tous les services que l’on cherche à développer vont dans ce sens, celui du bien commun, de l’utilisation optimale de tous les outils, d’un maximum de réemploi. C’est en parallèle que se développe le rapport à l’art. Il faut qu’avec ce projet l’artiste trouve sa place dans la société qu’on est en train d’écrire. »

Ainsi, les quatre artistes résidents des Ateliers Blancarde ont été sélectionnés non pas sur leur pratique artistique mais sur la qualité de leur approche relationnelle. Il était en effet nécessaire que leur manière de travailler corresponde avec l’ouverture du lieu — à la fois intramuros, où les espaces de travail, les outils et les ressources sont mutualisés — mais aussi vers l’extérieur, car la médiation auprès des gens du quartier passera par eux. En construisant ensemble un modèle basé sur l’économie circulaire, la transmission des savoirs est impulsée par chacun des acteurs du projet. Des ateliers en petits groupes et ouverts à tous seront ainsi organisés afin d’apprendre à manier divers outils garantissant l’acquisition de plus d’assurance et d’autonomie : perceuse, outils de montage, électricité… Suivant cette perspective horizontale de rendre accessible à chacun les savoirs et ressources, l’artothèque appréhende l’art d’une manière résolument différente de celle que l’on retrouve dans les galeries et musées, en mettant à disposition du public une réserve d’œuvres d’art qu’ils pourront louer et emporter chez eux. « On apporte une dynamique. C’est ensuite au travers des riverains que l’on va pouvoir avoir des retours afin d’imaginer quels types de services on pourra mettre en œuvre », explique Ronald Reyes Sevilla, co-directeur. Une fois par trimestre, des séances sont ouvertes aux propositions de ceux qui souhaiteraient s’investir dans le projet.

Ce lieu d’expérimentations sociales et artistiques invente de nouvelles manières de vivre ensemble pensées au-delà du marché de l’art. Si le jardin participatif des Ateliers fleurira au printemps, les idées, elles, sont déjà en pleine germination.

 

Elena Salougamian

 

Les Ateliers Blancarde : 1 place de la Gare de la Blancarde, 4e.

Rens. : www.lesateliersblancarde.com