Sarah McCoy

Blues jazz

Sarah McCoy ne chante pas le blues, elle le vit ! Il y a du Bessie Smith en elle, une pincée d’Amy Winehouse, un zeste de Tom Waits. Quelque chose de Fiona Apple, aussi. Et son univers n’aurait pas déplu à Kurt Weill. Avec une bouche comme un canon et sa voix comme le tonnerre du Bayou, Sarah MacCoy transmet son message puissant avec une espérance rénovée.

CONCERT PROGRAMMÉ PAR LA MESON

Utilisant sa formation musicale et théâtrale pour construire un environnement riche, Sarah McCoy frappe le piano comme le début des temps et chante avec la délicatesse de la poussière d’étoiles. Ses paroles effrayantes vous guideront à travers son cœur hanté et vous guideront à travers ses pensées et ses désirs intérieurs les plus sombres. Avec une bouche comme un canon et une voix comme le tonnerre du Bayou, McCoy transmet son message puissamment aux oreilles et au cœur de ses auditeurs avec une profonde conviction et une espérance rénovée.

A travers sa voix parsemée des influences vocales d’artistes comme Amy Winehouse, Tom Waits, Billie Holliday et Fiona Apple, vous pouvez également sentir les impressions classiques de Satie et Rachmaninoff ainsi que le zeste de Kurt Weil dans l’œuvre de piano de McCoy.

Avec son premier album BLOOD SIREN (prévu pour le 25 janvier 2019), elle poursuit une tradition perfectionnée par Tom Waits, Amy Winehouse, Nina simone, qui a transformé leurs vies compliquées en poésie et musique sombre mais magnifiques.

BLOOD SIREN capte parfaitement le cri hanté de Sarah, un son qui refroidit et touche le cœur. Les producteurs CHILLY GONZALES et RENAUD LETANG créent une atmosphère minuit sombre avec Sarah au piano et à la guitare, des touches de violoncelle et de céleste, quelques sons électroniques, et beaucoup de silence, avec une voix qui sonne comme quand elle est seule dans sa chambre.

Autre dates/lieux

Théâtre Denis
Le dimanche 9 février 2020 à 18h
10/16 €
http://www.hyères.fr
12 cours de Strasbourg
83400 Hyères
04 94 35 38 64

Article paru le mercredi 22 janvier 2020 dans Ventilo n° 440

L’Interview | Sarah McCoy

Le dernier album de l’inclassable prêtresse Sarah McCoy, Blood Siren, est renversant. Sorti en 2019 sur le label Blue Note de l’adulé Chilly Gonzales, il est à découvrir en live au même titre que son interprète, dont chaque concert, au caractère cathartique, émeut et meut les profondeurs de l’être.

  Seule au piano, l’Américaine, souvent comparée à Bessie Smith, dévoile un univers intime puissant et métaphorique, se promenant d’un coffre « monstrueux » entre mélancolie, colère, nostalgie et rêve. Elle maîtrise autant le grimage que le placement de voix, régulièrement parée de couronnes, peintures corporelles et autres costumes oniriques. Sarah McCoy est une artiste hors du commun. À l’occasion d’un concert organisé par Comparses et Sons en septembre dernier à la Cité du Livre d’Aix-en-Provence, nous avons tremblé d’émotion, vacillant entre rire et larmes, vibrant intérieurement à chaque note semblant nous parvenir des tréfonds de l’âme de la belle. Ce jour-là, la reine du jazz et de la soul nous a offert cette jolie interview bilingue.   Connaissiez-vous Chilly Gonzales avant qu’il vous contacte la première fois ? Non, je ne savais pas du tout qui il était. Mon manager m’a parlé de lui. C’est évidemment un pianiste génial, mais j’ai réellement découvert ce qu’il faisait après l’avoir rencontré, car à cette époque, il travaillait sur un projet avec Jarvis Coker qui ne retranscrivait pas sa personnalité singulière, celle qu’on lui connaît en solo, sur scène. C’est en voyant une performance entière en live que j’ai compris que c’est un artiste assez incroyable, par l’intelligence de son humour et de ses compositions.   Pensez-vous qu’il ait eu une influence sur la façon dont vous avez travaillé sur ce nouvel album ? Absolument ! J’avais énormément de chansons. Nous avons essayé de choisir celles qui peuvent raconter une histoire, mises ensemble. Sachant que le projet était en solo, nous voulions donner aux concerts un aspect théâtral et agréable. Mes shows live à La Nouvelle Orléans duraient souvent trois heures, chaque chanson faisait alors six minutes, ce qui n’est pas un format d’enregistrement idéal. Chilly Gonzales est un bon mentor, il a eu une grande influence sur l’édition de l’album, la façon dont je percevais le live versus l’enregistrement, sur l’attention à apporter au fait de ne rien perdre de la nature profonde de chaque chanson.   Parlez-nous des déguisements et des maquillages incroyables que vous semblez tant aimer porter sur scène… J’ai toujours adoré le théâtre. Ado, une de mes groupes préférés était Gwar. C’est un groupe de metal punk ; les musiciens se produisaient dans des costumes de monstres et faisaient des choses horribles (rires). J’ai testé petit à petit des personnages sur scène, qu’on ne peut pas être dans la rue. Puis j’ai emménagé à La Nouvelle Orléans, et j’ai pu me balader dehors en faisant absolument tout ce qui me chantait ! C’était fantastique. Depuis, je porte ce que je veux sur scène, et même rien de spécial, parfois, même si cela en déçoit certains. L’important est comment on se sent, si on se force à entrer dans un personnage, ça peut tout ruiner.   On vous compare souvent aux grandes divas de la soul comme Aretha Franklin, Nina Simone, Janis Joplin ou Bessie Smith… Les monstres de la musique ! Elles étaient bien plus que des divas, elles ont ouvert la voix aux artistes féminines. C’est un véritable honneur de suivre leurs traces, mais soyons honnêtes, elles ont eu beaucoup plus de pouvoir que je ne pourrais jamais espérer en avoir. Elles sont évidemment mes influences.   Vous avez voyagé à travers les États-Unis pendant des années avant d’emménager à La Nouvelle Orléans. Vous vivez désormais à Paris, ce changement d’environnement doit être impressionnant d’un point de vue musical ! Vous savez, ce qui se passe à NOLA est énorme. 90 % des habitants ont plus de talent dans la musique que je n’en aurai jamais ! C’est dans le sang de cette ville. Cet endroit est culturellement protégé, supporté. On peut sans aucune honte s’ouvrir et montrer notre âme, on peut danser dans la rue sans que cela interpelle qui que ce soit. En France, la culture n’est pas la même, ça a été très dur pour moi de m’adapter.   Avez-vous découvert des artistes français dont vous appréciez le travail ou avec qui vous aimeriez travailler ? J’ai récemment découvert Flavien Berger et Jeanne Added, mais j’ai toujours eu un côté plutôt classique. J’adore Léo Férré, par exemple. Je tourne beaucoup et je vois peu de concerts. Lorsque j’ai un peu de temps pour moi, j’aime faire des choses qui ne sont pas liées à la musique.   Vous parlez très souvent français durant vos concerts. Pratiquiez-vous cette langue avant d’habiter ici ? J’ai appris le français au lycée. J’étais mauvaise élève, mais j’ai toujours voulu apprendre cette langue. Je fais encore des tonnes d’erreurs mais j’y travaille énormément. C’est vraiment comme le piano, c’est la répétition qui vous fait avancer. J’arrive de mieux en mieux à switcher d’une langue à l’autre. Je suis même une thérapie en France ! Le plus compliqué reste encore d’échanger par téléphone. Je ne suis pas la meilleure, mais je crois que je me débrouille bien.   Faisons un test ! Pourriez-vous imaginer vous produire sans piano sur scène ? (en français) Oui ! C’était en discussion en fait. C’est un truc bizarre parce que j’ai eu un groupe il y a longtemps, et de temps en temps je suis sorti le piano, juste prendre le micro, et c’est bizarre, juste avoir les mains, parce que pour moi j’ai plein de faire avec mes pieds, avec mes mains but là, seule, devant le micro it’s like : qu’est ce que je vais faire avec mon corps en fait ?   Vous parlez très bien, c’est rare chez les artistes américains ! C’était un truc like mes premières trois fois en France, j’ai eu des concerts en Bretagne, en Normandie. Il n’y a pas beaucoup de gens là-bas qui parlent anglais. Après les concerts, il y avait plein de monde qui voulait parler avec moi et c’était dur. J’ai vu qu’il y avait des gens qui étaient frustrés de ne pas avoir eu la capabilité de délivrer le vrai sentiment après le concert, donc j’ai commencé à apprendre.  

Propos recueillis par Lucie Ponthieux Bertram

 

Sarah McCoy : le 9/02 au Théâtre Denis (Hyères) et le 21/02 à L’Usine (Istres).

Rens. : www.tandem83.com et www.scenesetcines.fr

Pour en (sa)voir plus : www.sarahmccoymusic.com