Festival Phare - Courts-métrages au clair de lune

4e édition du festival de courts-métrages proposé par l'association Phare : projections en présence des réalisateurs.
• 1/08 de 19h à minuit : Causerie + Programme "Humour noir" (Int. - 12 ans) + Pop Mashup Dance floor par le Mashup Film Festival
• 2/08 à partir de 16h : Programme "Danse" + causerie avec Robert Pujade sur le thème "Le cinéma à travers les scènes de table" + Programme "Festin"
• 3/08 à partir de 16h : Hommage à Agnès Varda + causerie + films de l'école MoPA + films primés + ciné-concert par Prieur de la Marne sur des essais de L'Enfer d'Henri-Georges Clouzot + after musicale

Quatrième édition du Festival Phare se tiendra du 1er au 3 août 2019 au Théâtre Antique d’Arles, elle promet d’être festive, dansante et drôle.
Le festival ambitionne de faire découvrir des courts métrages inédits de jeunes réalisateurs du monde entier et ainsi de participer à la diffusion de ce format créatif. Les courts métrages sont en compétition nationale et internationale dans les catégories suivantes : fiction, animation et documentaire.

La soirée d’inauguration ouvrira le bal avec un Ciné-humour noir et des courts métrages caustiques sans oublier les Ciné-causeries qui viendront pimenter la programmation au 7e bar pour se terminer de manière festive avec une nouveauté : un Pop Mashup Dancefloor présenté par le Mashup Film Festival.

Le festival prendra ses quartiers d’été l’après-midi et proposera un Ciné-danse, une sélection de courts métrages consacrée à la danse, véritable fil rouge du festival.

Une conférence sur les scènes de table dans l’histoire du cinéma débutera le Ciné-festin pour se poursuivre avec une sélection de courts métrages gouleyants et des très courts de l’école de cinéma d’animation d’Arles, MoPA.

Le lendemain, un hommage à Agnès Varda sera proposé l’après-midi avec ses courts métrages rythmés dont Salut les Cubains !

La soirée de clôture diffusera les trois films primés : Phare des cinéastes, Phare des étudiants et Phare du public, et un ciné-concert en compagnie de Prieur de la Marne qui revisitera L’Enfer de Henri-Georges Clouzot. Il explorera les méandres de la jalousie de Marcel interprété par Serge Reggiani qui mêle réalité et fantasme face à la beauté troublante de sa femme incarnée par Romy Schneider. 

Théâtre Antique d'Arles
Du jeudi 1 août au samedi 3 août 2019
4/15 €. Pass trois soirs : 24/30 €. Gratuit pour les moins de 12 ans
Rens. 06 28 65 64 63 / festival.phare@gmail.com
www.festival-phare.fr
Rue du Cloître
13200 Arles
04 90 18 41 20

Article paru le mercredi 3 juillet 2019 dans Ventilo n° 432

Les festivals de ciné en plein air

Libre d’images

 

Pour la saison estivale, de nombreuses propositions de projections en plein air explosent aux quatre coins du territoire, instants uniques et enchanteurs propres à réunir devant un même film tous les publics de la société. Une dynamique qui s’est largement étendue ces dernières années, pour notre plus grand plaisir. Petit tour d’horizon non exhaustif.

  S’il est une époque durant laquelle les beaux jours ne rimaient pas, ou peu, avec cinéma, force est de constater que nous avons changé d’ère : non seulement l’été est devenu une période appréciée des distributeurs pour la sortie de films attendus en salle, mais surtout, l’image s’anime dorénavant hors de ce cadre, sous les étoiles, pour investir en plein air tout le champ de l’espace commun. Renouant avec le charme des premiers pas du cinéma ambulant, les propositions de projections en extérieur sont devenues légion, pour le plaisir d’un public divers, et chaque parcelle du territoire redessine désormais le cadre même de l’image, où se reflètent tous les chants du Monde. À commencer par la cité phocéenne, au sein de laquelle la fine équipe de Cinémas du Sud & Tilt distille depuis de nombreuses années une programmation bigarrée et pertinente, réussissant haut la main l’exploit de réunir tous les publics. Jusqu’à fin septembre, Ciné Plein Air investira la plupart des arrondissements de la ville avec plus d’une vingtaine de séances gratuites, proposant les grandes pages cinématographiques de ces dernières années (La Tortue rouge de Michael Dudok de Wit, Phantom Thread de Paul Thomas Anderson, Parvana de Nora Twomey, L’Île aux chiens de Wes Anderson, La Jeune Fille sans mains de Sébastien Laudenbach…), mais également une sélection toujours bien sentie des beaux films du répertoire, de Pierrot le fou de Godard à Satyricon de Fellini, en passant par Où est la maison de mon ami ? d’Abbas Kiarostami ou l’inoxydable King Kong de 1933, voire la belle soirée de courts et moyens métrages, ou l’immense En rade d’Alberto Cavalcanti, pour une séance unique avec le festival Zones Portuaires et le Musée d’Histoire de Marseille. Chaque projection est un moment rare, de plaisir collectif et d’humanisme du geste. L’humain sera d’ailleurs le sujet de la nouvelle thématique de Belle & Toile, neuf films projetés sur le toit-terrasse de la Friche la Belle de Mai. Un cadre urbain exceptionnel qui a concouru au succès de ces séances particulièrement prisées, et qui offrira cette année l’occasion de (re)découvrir une poignée d’œuvres savoureuses, de Metropolis de Fritz Lang à Llévate mis amores d’Arturo González Villaseño, en passant par Les Nouveaux Sauvages de Damián Szifron, Discount de Louis-Julien Petit ou Get Out de Jordan Peele. D’autres villes de la région s’inscrivent dans cette belle dynamique de séances sous les étoiles, à l’instar d’Aix-en-Provence, dont la seizième édition de son festival de cinéma en plein air, Les Instants d’été, propose une sélection aussi raffinée et pertinente que les années précédentes, comme en témoigne la programmation des incontournables — et somptueux — J’ai même rencontré des Tziganes heureux d'Aleksandar Petrovic, Senso de Luchino Visconti, La Piscine de Jacques Deray ou The Rider de Chloé Zhao. Un peu plus à l’ouest, Martigues sera également de la partie dans ce feu d’artifice d’images animées sur le territoire, avec son Été au ciné, résolument tourné vers une programmation grand public, mais d’où se dégageront quelques moments prometteurs, telle que la séance du fameux Toni de Jean Renoir — le fleuron cinématographique de la cité martégale, tourné dans la ville et ses alentours — en présence d’Alain Bergala, ou le Live at Pompeii des Floyd. Citons également, à quelques encablures de là, à Arles, la belle initiative du Festival Phare, qui investit le somptueux Théâtre Antique pour un festival consacré aux courts-métrages, avec une programmation exigeante, vivifiante, en partenariat avec l’école de cinéma MoPA. Last but not the least, un saut de puce dans le département du Var, et vous voilà arrivés dans le charmant village de Cotignac, illuminé chaque été par le festival Les Toiles du Sud, qui, dans un cadre résolument magnifique, offre une programmation fort variée, oscillant entre le classique (la soirée ciné-concert sur Charlie Chaplin avec l’Orchestre de l’Opéra de Toulon) et les avant-premières (Chambre 212 de Christophe Honoré, Perdrix d’Erwan Leduc, Fahim de Pierre-François Martin-Laval…).  

Emmanuel Vigne

 

  • Belle & Toile : jusqu’au 8/09 à la Friche La Belle de Mai (41 rue Jobin, 3e). Rens. : www.lafriche.org

  • Les Toiles du Sud : du 19/07 au 22/08 à au Théâtre du Rocher (Cotignac). Rens. : les-toiles-du-sud.com

Le programme complet de Ciné Plein Air ici

Le programme complet de Belle & Toile ici

Le programme complet des Instants d’été ici

Le programme complet d’Un été au ciné ici

Le programme complet du Festival Phare ici

Le programme complet des Toiles du Sud ici