Projections plurielles

Rencontres cinématographiques consacrées à l’égalité femme-homme proposées par Cinémas du Sud & Tilt

Avec le soutien de la Métropole Aix-Marseille Provence, l’association Cinémas du sud tilt lance la première édition de Projections plurielles du 25 novembre 2021 au 8 mars 2022, rencontres Cinématographiques consacrées à l’égalité femme-homme.

Le cinéma, depuis qu’il existe, met en images et interroge les rapports sociaux de sexe. Les toutes premières mises en scène d’Alice Guy pour les studios Pathé́ en témoignent dès 1896. En tant qu’industrie, le cinéma n’échappe pas aux inégalités et, même s’il y a eu des pionnières et des femmes derrière la caméra, ce n’est que depuis les années 2000 qu’elles acquièrent une place plus visible mais encore minoritaire. 

En tant qu’art, le cinéma, par ses récits et les personnages qu’il nous propose, renvoie à des situations qui, selon les films, relèvent du réalisme, de la fantaisie ou de l’utopie mais qui toujours questionnent ses spectatrices et ses spectateurs. 

Les films programmés dans le cadre de Projections Plurielles offrent l’occasion d’engager le débat, en présence de cinéastes et de chercheur-e-s, avec différents publics pour construire une réflexion de nature à identifier, nommer et combattre les causes profondes des situations de violence, d’inégalité́, de sou rance mais aussi d’éprouver des espaces de solidarité́, d’inventivité́ ou de complicité́ sociale.

Au rythme d’un temps fort par mois sur chaque territoire de la métropole, une programmation riche est proposée (projections, avant-premières, débats, rencontres, conférences, ateliers jeune- public...) autour de quatre thématiques :

 

·      L’égalité́ au travail, parlons-en !

·      Les violences faites aux femmes

·      Le genre en question

·      Ville et inégalités 

Autre dates/lieux

En Provence
Du 25 novembre au 8 mars
Tarifs variables suivant les lieux
www.projections-plurielles.fr

Article paru le mercredi 24 novembre 2021 dans Ventilo n° 455

Projections Plurielles

Scènes de combats

 

Cinémas du Sud présente, du 25 novembre au 8 mars, dans dix-sept salles régionales, le premier volet de la manifestation Projections Plurielles, qui s’étendra jusqu’en 2024, en mettant à l’honneur de nombreuses formes de luttes, toujours aussi prégnantes.

    Sortie de la tempête, la structure régionale Cinémas du Sud — association fédérant les salles classées art et essai de la région Sud — revient sur les écrans avec une proposition cinématographique ambitieuse, Projections Plurielles. S’inscrivant ici dans l’une de ses missions premières — proposer aux cinémas adhérents diverses thématiques de programmation et un accès privilégié aux copies —, l’équipe de Cinémas du Sud, avec le soutien de la Métropole Aix-Marseille Provence, étend, une fois n’est pas coutume, cette nouvelle manifestation sur le long terme. Projections Plurielles se déclinera en effet sur trois éditions, entre 2021 et 2024 ; cette première mouture, du 25 novembre au 8 mars, abordera ainsi les larges sujets, mais ô combien actuels, que sont Le genre en question, L’égalité au travail, parlons-en !, Ville et inégalité et Les violences faites aux femmes. L’on pourrait souligner qu’à elles quatre, ces thématiques concernent peut-être la moitié de la production internationale depuis les origines du cinéma, et cela reste un tour de force d’être parvenu — et c’est le cas — à en dégager une filmographie particulièrement intéressante, que relaieront les dix-sept salles régionales partenaires. Nous l’avons souvent évoqué dans ces colonnes, le milieu du cinéma a été de tous temps une industrie puissante carburant au capitalisme. Sonia Duault en a fait le constat : « On trouve une disproportion abyssale existant entre les belles histoires (fondées sur du sentimentalisme à échelle industrielle) que nous raconte le cinéma, et les vraies histoires (de rivalité, de machisme, de prétention intellectuelle, d’ostracisme social) que raconte, en réalité, le milieu du cinéma. » Un constat qui rend la manifestation de Cinémas du Sud tout à fait pertinente. Un grand week-end à l’Eden-Théâtre de La Ciotat ouvrira le bal, le 25 novembre, avec trois films de toute beauté : La Vieille Dame indigne de René Allio, Hedy Lamarr de Phuong Mai Nguyen et Charlotte Cambon de Lavalette — qui faisait partie du programme de courts Culottées — et l’avant-première du dernier film d’Aurélie Saada, Rose, en présence de la cinéaste. Suivront jusqu’au 8 mars, journée internationale des luttes pour les droits des femmes, de nombreuses séances spéciales sur le territoire, souvent accompagnées d’intervenantes : de L’Événement d’Audrey Diwan à Lulu femme nue de Sólveig Anspach, en passant par Ouistreham d’Emmanuel Carrère, le très beau À la vie d’Aude Pépin, Vierge sous serment de Laura Bispuri (proposé dans le cadre de Films Femmes Méditerranée), Ouaga Girls de Theresa Traore Dahlerg ou Filmer le désir, voyage à travers le cinéma des femmes de Marie Mandy, la programmation se révèle incontestablement à la hauteur de l’ambitieux événement. Sans oublier les diverses tables rondes, ateliers et conférences en présence de Carole Desbarats, Florence Hinckel ou Isabelle Regner.

Emmanuel Vigne

 

Projections Plurielles : du 25/11 au 8/03/2022 en région Sud-PACA.

Rens. : www.projections-plurielles.fr

La programmation complète de week-end d’ouverture de Projections Plurielles ici