Sainte(s)-Victoire(s)

Peintures et photos. Œuvres de Cézanne, Picasso, Masson, Tal Coat, Plossu, Grésy, Granet, Constantin, Loubon...

Au printemps 2019, un événement particulier va marquer profondément la vie du musée Granet d’Aix-en-Provence. Une Sainte-Victoire des dernières années de la vie du peintre viendra régulièrement enrichir ses collections cézanniennes. Par convention entre le Kunstmuseum de Berne et la famille Cézanne, La Montagne Sainte-Victoire, datée de 1897, de l’ancienne collection Gurlitt, sera mise en dépôt par périodes. Grâce à la générosité des descendants du peintre, parmi lesquels Philippe Cézanne, arrière-petit-fils de l’artiste, président d’honneur de la Société Paul Cézanne et grand ami du musée Granet, cette convention va permettre de montrer régulièrement cette oeuvre rare (il n'y a que 35 versions peintes à l’huile par Cézanne), de sa période de maturité jusqu'à sa mort en 1906. C’est encore à l’amitié de Walter Feilchenfeldt, membre de la Société Paul Cézanne et spécialiste incontesté de l’artiste, responsable du catalogue raisonné du peintre depuis la mort de John Rewald, que nous devons la présence majeure de cette oeuvre sur les cimaises du musée Granet.

L'incendie de la Sainte-Victoire
L'année 2019 est aussi, trente ans plus tard, le triste anniversaire du terrible incendie qui a défiguré, et pour longtemps, le site mondialement connu de la montagne de Cézanne. En 1989, le 28 août à midi, démarre un incendie dans la forêt au flanc nord ouest du massif. Attisé par un violent mistral, il va rapidement se propager de l'autre côté de la vallée, sous le barrage de Bimont. Cet incendie va détruire toute la face sud de la montagne ainsi que la partie supérieure de la face nord jusqu'au prieuré et à la croix de Provence. Il faut attendre le 31 août pour sa maîtrise complète. Le feu anéantit 5000 hectares, soit près de 60% du site. C'est un choc, qui se transforme par la suite en une véritable prise de conscience à l'origine d'un grand mouvement de solidarité 2 Les pouvoirs publics et les collectivités locales décident de mettre en commun leurs moyens pour organiser la reconquête du site de Sainte-Victoire en créant le Gand Site Sainte-Victoire.
Après l’incendie, conséquence de cette prise de conscience internationale, le musée Granet organise à l'été 1990 (une véritable gageure en 9 mois, impossible sans l'effet du traumatisme subi), une exposition bénéficiant de chefs-d’oeuvre cézanniens prêtés par les plus grands musées du monde dont le Metropolitan, the Museum of Modern Art de New York, le musée Picasso-Paris, The Kimbell Art Museum de Fort Worth, the Museum of Fine Art de San Francisco, the National Gallery de Washington, the Museum of Art de Cleveland, la National Gallery d'Edimbourg, le Kunstmuseum de Bâle. A cette occasion, le musée d'Orsay avait accepté de prêter l’oeuvre de Paul Cézanne, Montagne Sainte-Victoire (vers 1890, huile sur toile, 65 x 95,2 cm).
En 2019, trente années après l'incendie, les stigmates disparaissent peu à peu et la nature a repris ses droits. En commémoration de ce drame et pour marquer sa réparation, le musée Granet va évoquer le motif éternel de Sainte-Victoire en donnant à voir les regards indéfectibles que les peintres de chaque époque ont porté sur elle. Au coeur de cette présentation figure l'interprétation de Paul Cézanne. La difficulté de montrer en France plusieurs Vue de la montagne Sainte-Victoire par le maître d'Aix représente un véritable défi que vient de relever le musée Granet !

La Montagne Sainte-Victoire de l'ancienne collection Gurlitt arrive au musée Granet...
La Sainte-Victoire de l'ancienne collection Gurlitt, maintenant propriété du Kunstmuseum de Berne, est prêtée au musée Granet à partir de mai 2019. À la suite de difficultés rencontrées quant à la propriété effective de cette œuvre — achetée ou spoliée dans des conditions inconnues pendant la guerre — le musée de Berne s'est engagé auprès de la famille Cézanne à une présentation en alternance avec le musée Granet. L’œuvre sera ainsi montrée au Kunstmuseum mais également, grâce à la générosité des héritiers du peintre, au musée Granet.
À la suite de nombreuses collaborations, la Fondation Pearlman a accepté d'accompagner cet événement. En effet, avant son décès en 1974, l'américain Henry Pearlman, dont la collection comprend la représentation d’une majorité de sites aixois, a donné de nombreuses preuves de son intérêt pour Aix-en-Provence. 
S'ajoute la présentation de la seule Sainte-Victoire peinte à l’huile par Cézanne des collections publiques françaises provenant du musée d'Orsay, qui permettra de montrer l’évolution stylistique de l’artiste entre 1890 et 1906, c’est-à-dire la période de la pleine maturité du peintre, au moment où son art atteint sa plénitude, tout en poursuivant inlassablement sa quête inachevée du motif.
Dans la plus vaste salle du premier étage du musée Granet, trois Sainte-Victoire, chacune sur une cimaise, peuvent ainsi dialoguer et permettre de mesurer l’ampleur de l’apport cézannien sur le paysage, le regard renouvelé du peintre face au motif, et plus largement la modernité de la leçon du Maître d’Aix.
Au début des années 1890, Cézanne se rapproche de la montagne Sainte-Victoire qui avait tant marqué sa jeunesse avec Zola. Mais le peintre, ayant attendu sa période de maturité pour vraiment commencer à s’attaquer à ce motif, abandonne le point de vue de la vallée de l’Arc, pour se rapprocher de la montagne en fréquentant la route du Tholonet et ses environs. C’est ainsi que nous passons de la montagne encore lointaine s’étageant sur l’horizon de la vallée de l’Arc (version du musée d’Orsay), pour se rapprocher de l’escarpement rocheux, ce promontoire, qui surgit au-delà des terres rouges du premier plan dans la version de l’ancienne collection Gurlitt. D’un seul regard, ou presque, le visiteur peut apréhender le parcours initiatique de Cézanne jusqu’à sa dernière vision sur la colline des Lauves. C'est au dessus de son dernier atelier, là où se découvre la face triangulaire, presque géométriquement vibrante que montre la toile, que l'artiste a conçu son unique format vertical sur ce thème, chef-d'oeuvre de la collection Pearlman déposée au Princeton University Art Museum. 
Dans les salles-mêmes de l’ancien musée d’Aix que fréquente Cézanne durant toute sa vie, comme en témoigne Emile Bernard, sera ainsi mis en lumière le thème de la montagne Sainte-Victoire dans la peinture de la fin du XVIIIe siècle jusqu’aux années 1950.
Ainsi, un nouvel accrochage des trois salles principales du premier étage du musée a été conçu autour d’oeuvres prestigieuses. Celles-ci mettent à l'honneur le thème emblématique de Sainte-Victoire. Suivant un développement chronologique, la première salle sera consacrée aux oeuvres de l'école provençale avant que le bouleversement cézannien n'intervienne.

Musée Granet
Du 18 mai au 29 sept. : mar, mer, jeu, ven, sam, dim 12h-18h et 10h-19h Mar-dim 12h-18h (10h-19h du 21/06 au 29/09)
0/5/6 €. 0/6/8 € à partir du 21/06
http://www.museegranet-aixenprovence.fr/
Place Saint-Jean de Malte
13100 Aix-en-Provence
04 42 52 88 32