Francesco Finizio - XIO-P(p)ing

Installation in situ à partir d'objets de récup'. Commissariat : Stéphane Guglielmet

"Les œuvres de Finizio sont souvent des dispositifs d’écoute et de transmission, qui rendent l’action incertaine, suspendent le temps et échappent totalement à une logique de productivité, de performance et d’exactitude.La transmission s’effectue alors toujours dans l’écart, la perte et l’approximation (Centre de Tri Visuel, 2002-2003). Finizio questionne notre potentiel d’expérience dans un monde ultracontrôlé, commercialisé et préfabriqué. (…)"

Texte extrait de la publication de l’exposition Yes, we don’t 2011, à l’Institut d’Art Contemporain de Villeurbanne/Rhône-Alpes


Galerie Territoires Partagés / La Galerie Ambulante
Du 30 mai au 29 juin : jeu, ven, sam 14h-18h30 Jeu-sam 14h-18h30 + sur RDV au 06 88 16 21 11
Entrée libre. Entrée libre
Rens. -
http://artccessible-territoires-partages.blogspot.fr/
81 rue de la Loubière
13006 Marseille
09 51 21 61 85
06 88 16 21 11

Article paru le mercredi 12 juin 2019 dans Ventilo n° 431

Francesco Finizio - Xio-P(p)ing à la Galerie Territoires partagés

D’art et déchets

 

Capharnaüm à la galerie Territoires partagés, où Francesco Finizio nous convie à entrer dans sa dernière installation réalisée in situ.

 
« Il faut rester léger et souple, éviter le stockage, accepter les aléas et composer avec le hasard… » Francesco Finizio
  Ce n’est pas vraiment une surprise, puisque l’on s’attendait à une belle exposition de Francesco Finizio chez Territoires partagés. Mais c’est une expérience insolite, pour laquelle l’espace de la galerie de Stéphane Guglielmet a été investi de façon tout à fait étonnante par l’artiste qui vit désormais en Bretagne. Quel effet lui fait donc Marseille quand il y revient le temps d’une exposition ? Collectés in situ, c’est-à-dire dans les rues de la ville, les éléments (du bordel) avec lesquels Finizio remplit la galerie trainaient donc sur nos trottoirs. De là s’engage un passionnant travail d’archéologie contemporaine, d’associations d’idées et d’objets. Puiser dans l’existant, c’est puiser dans le vrai pour monter une fiction dans les cartons et les déchets d’un vieux théâtre… Mon vieux théâtre me joue souvent une nouvelle pièce. En l’occurrence, la scène se passe quelque part dans un aéroport : d’idéogrammes en panneaux d’interdiction, nous sommes invités à passer par le portique de détection de métaux, puis par le bureau des douanes pour décliner notre identité — et par les temps qui courent, ce genre de formalité devient flippante…  
« L’aspect final sera dicté par les poubelles, qui recrachent le standard international bien digéré. » Francesco Finizio
  On retrouve dans cette exposition le goût de Finizio pour les jeux de langage et les glissements sémantiques et plastiques, comme par exemple des tables qui deviennent des écrans. On retrouve aussi son regard ironique sur une société qui n’a pas peur du ridicule. En préambule, des bouteilles d’eau à l’effigie des fenêtres de la rue de la Loubière — nec plus ultra du chic bobo bio : l’eau minérale ! Les environnements saturés qu’il propose témoignent de nos espaces qui explosent, vendus aux vertus de la croissance et de son corollaire, la consommation. D’un monde capitaliste à une société de contrôle où l’état d’urgence s’inscrit désormais dans notre constitution, Finizio nous embarque dans son délire, singeant les codes du marketing et des faiseurs de tendances, et attirant, mine de rien, notre attention sur notre tendance à l’absurde et à une certaine condescendance…  

Céline Ghisleri

 

Francesco Finizio - Xio-P(p)ing : jusqu’au 29/06 à la Galerie Territoires partagés (81 rue de la Loubière, 5e).

Rens. : 09 51 12 61 85 / www.artccessible-territoires-partages.blogspot.com