Alain Andrade et Pedro Lino

Peintures et photos

Alain : Des formes répondent à une autre et ainsi de suite. 
Pedro : Ce sont deux images contraires réunies. A la recherche d’une harmonie résultant d’une antinomie, d’un paradoxe. 
Alain : L’art nous relie aux autres et à ceux qui nous entourent, Comme il est impossible de donner un sens à cette immensité qui nous touche à tel point. 
Pedro : La forme émane d’un geste sans intention, presque inconscient, comme dans un rêve qui se forme dans les profondeurs et sourd à travers les courants pour éclore en couleurs cadrées du réel. La résurgence se confronte à un cadre, un détail capté au hasard de l’errance du regard. 
Lenteur de la création du dessin et instantané du cadrage d’un paysage. 
Alain : Notre travail se rapproche d’avantage de l’informel que de n’importe quelle autre forme de réalisme. 
Pedro : Prendre de la matière et l’exposer à la lumière. Chercher des points de transparence, des passages et des impasses, des plaines et des montagnes, des liens, des points de tension et des points de rencontre. Ne pas donner de forme mais permettre toutes les formes. 
Laisser des passerelles, qui permettent de se frayer un chemin à travers les végétaux, la brume, les minéraux. 
Alain : La photo possède une abstraction qui lui est propre et qu’il est difficile de pénétrer. 
Pedro : Les couleurs dessinent les cartes des territoires noirs. La cartographie résout le paradoxe. 
Alain : Nous mettons au point une technique rationnelle. Le résultat est tel qu’il est parce que nous exploitons cette vision modifiée qui apparait grâce à la photographie. 
Pedro : L’appareil photographique révèle les vibrations de la tension entre les deux images confrontées. L’altération de l’une et de l’autre crée l’équilibre et les lignes de force qui parcourent la surface en redessinant le paysage. 
Alain : Seules les surfaces grises, blanches et noires nous intéressent, puis les imbrications de la couleur. 
Pedro : Palimpseste où l’on redessine une cartographie du sensible à quatre mains. 
Alain : Je travaille toutes formes de matières liquides, solides pour arriver à la photographie. 
Pedro : ce temps de pose rassemble les éléments de la forme. Il arête les tensions en figeant la résistance des deux images en une seule.

Alain Andrade et Pedro Lino, le 6/04/19


Galerie du Tableau
Du 28 oct. au 9 nov. : lun, mar, mer, jeu, ven 10h-12h et 15h-19h - sam 10h-12h et 15h-18h Lun-sam 10h-12h & 15h-19h (sam > 18h)
Entrée libre. Entrée libre
www.galeriedutableau.org
37 rue Sylvabelle
13006 Marseille
04 91 57 05 34