Arnaud Théval - Un œil sur le dos

Photos

À travers un travail photographique au long cours au cœur de l'institution pénitentiaire, Arnaud Theval recompose son parcours depuis les fermetures des vieilles prisons jusqu'aux nouvelles structures.

" Cette œuvre d'immersion dans la culture pénitentiaire se fabrique à partir des histoires vécues, des prisons traversées et des mises en situation du personnel pénitentiaire questionnant sa relation à l'imaginaire carcéral et à la figure de ceux qui l'organisent. Comme si l'œilleton s'était inversé, le spectateur découvre, en images et en textes, les histoires de ceux qui sont perçus comme des bourreaux, qui apprennent à surveiller tout en étant controÌés de toute part, parfois confrontés à des renversements du regard, à des pleins d'humanités, à leurs propres peurs et doutes." 
Extrait du livre Le tigre et le papillon (début 2019) Éditions Dilecta.

"Tout voir sans rien montrer de soi. Cela pourrait être la maxime des personnels de surveillance, pris entre l'envie de rester dans l'obscurité et le désir de nous éclairer sur ce qui se passe pour eux dans ces espaces d'enfermements.
L'image produite sur eux est symptomatique de cette tension. Quand ils se laissent photographier c'est de dos et quand ils posent face à l'objectif c'est à condition que le visage soit tronqué par le cadrage. Quand un visage apparaît sur une image, une inquiétude surgit tant leurs représentations de l'empêchement sont opérantes. Chacun est sous le contrôle de l'autre et les caméras veillent.
L'œuvre est à la fois forme et processus, elle consiste à inventer un espace visant à déplacer les attendus et les assignations sur la prison. L'expérience se déploie par et avec ceux qui organisent le dispositif carcéral, à la recherche des indices qui composent leurs cultures et leurs paysages professionnels.
L'exposition Un œil sur le dos recompose mon parcours depuis les fermetures des vieilles prisons, dont les images habillent notre imaginaire commun de la taule, à l'école de la prison, où la culture de l'institution prend corps chez les élèves surveillant·e·s et se poursuit dans les nouvelles structures.
L'accrochage est un jeu d'indices fictionnalisant les récits des surveillant·e·s en image par des mises en scènes. Ces images polysémiques combinent les dessins sur les murs des cellules et les tatouages sur les peaux des surveillant·e·s et révèlent des impensés et des non-dits d'une institution traversée par des forces contraires, en permanence tendue par son oxymore originel – punir et ré-insérer.
Dans ces prisons, je tente consciencieusement de me défaire de ce que chacun cherche à y trouver comme s'il fallait vérifier les fondements même de la prison. Je me trouve face à toute l'ambiguité de la société, en inversant l'œilleton je l'ai vue et entendue, violente, émouvante, généreuse et écrasante, désespérante poétique."
Arnaud Théval, juin 2019.


Tour-Panorama / Friche La Belle de Mai
Du 25 oct. au 23 févr. : mer, jeu 14h-19h - ven 18h- et 14h-19h - sam, dim 13h-19h Mer-ven 14h-19h + sam-dim 13h-19h
3/5 €
www.lafriche.org
41 rue Jobin
Friche La Belle de Mai
13003 Marseille
04 95 04 95 04

Article paru le mercredi 16 octobre 2019 dans Ventilo n° 435

Prison Miroir

« Beaucoup de choses changent, il faut cesser de fantasmer ces lieux-là, il faut que la prison déborde de son propre cadre, qu’on poursuive le travail de déconstruction de ces visions trop figées. » Ainsi Caroline Caccavale, co-directrice de Lieux Fictifs, exprimait-elle sa vision de l’univers carcéral fin mai dans ces colonnes. Et quoi de mieux pour ouvrir (symboliquement) les portes du pénitencier que d’explorer sa relation à l’art ? D’où ce temps fort au long cours, ponctué par deux expositions photo (Détenues de Bettina Rheims et Un œil sur le dos d’Arnaud Théval, « vernies » le 25), une rétrospective de films produits et réalisés par Caroline et son complice Joseph Césarini au Gyptis, ainsi que deux grands week-ends de tables rondes, performances et écoutes sonores « pour dérouler avec de multiples intervenants cette question essentielle, à la fois sociale, politique et artistique. »

CC

 

> du 25/10 au 23/02/2020 à la Friche La Belle de Mai

Rens. : www.lieuxfictifs.org / www.lafriche.org

Le programme complet de la manifestation Prison Miroir ici