Les Rencontres d'Arles 2021

52e édition du prestigieux festival de la photographie, sur le thème "Un été des Lucioles". 40 expositions dans toutes la ville, avec des œuvres de Clarisse Hahn, Sébastien Lifshitz, Pieter Hugo, Anton Kusters, Enrique Ramirez, Sabine Weiss, Charlotte Perriand, Raymond Cauchetier...

Christoph Wiesner
Directeur des Rencontres d’Arles

Fallait-il inventer un nouveau rite de passage en ce moment si particulier ? Substituer à cette année blanche une nouvelle édition en Technicolor ? Dans l’urgence du présent, il s’est agi avant tout d’un engagement. Celui des Rencontres d’Arles auprès des photographes, artistes, commissaires, des partenaires et des institutions avec lesquels le festival a noué des liens si forts depuis de nombreuses années. Loin d’envisager une tabula rasa nous invitant à rompre avec ce temps en suspens induit par la pandémie, il a fallu ensuite réfléchir à actualiser un héritage, celui de l’édition de 2020 construite par Sam Stourdzé autour du thème de la résistance, de cette photographie qui, selon ses mots, « se dresse, s’oppose, dénonce […] ré-enchante ». J’ai souhaité établir la programmation à partir de ces prémisses, en traçant des prolongements, des variations, des échos, de nouvelles complémentarités ou courts-circuits permettant de saisir aussi une intensité, une urgence à ce que les Rencontres d’Arles prennent le pouls de l’état du monde. Si l’horizon n’est pas encore dégagé, si la lumière sera cet été encore tamisée, il faut faire rendre perceptibles les éclats démultipliés saisis par les photographes et artistes invités.
 
Si Pier Paolo Pasolini avait saisi combien la tension entre les puissantes lumières du pouvoir menaçait les lueurs survivantes des contre-pouvoirs, Georges Didi-Huberman nous redonne l’espoir dans la Survivance des lucioles (2009). Il s’agit avec lui de « reconnaître dans la moindre luciole une résistance, une lumière pour toute la pensée ». La photographie continue à émettre des signaux lumineux et à ouvrir l’espace pour de nouveaux modes de résistance. Au cœur de l’été arlésien, cette année sera comme une constellation, faite de mille feux illustrant la diversité des regards, la polyphonie des récits et symbolisant la survivance à travers l’image des espoirs et des prises de conscience.
 
Les lieux choisis pour le festival cette année offriront autant de scènes que d’atmosphères différentes, en résonance avec la diversité de la programmation. Celle-ci investira des lieux historiques et patrimoniaux du centre-ville, l’atelier de la Mécanique au parc des Ateliers, le Monoprix et Croisière, et ira jusqu’à habiter plusieurs jardins de la ville.
 
Au cœur d’Arles, dans l’église des Frères-Prêcheurs, l’Émergence prendra cette année ses nouveaux quartiers avec le Prix Découverte Louis Roederer dans un format repensé. Chaque année, un nouveau ou une nouvelle commissaire d’exposition insufflera dorénavant sa vision des tendances de la jeune création contemporaine. L’édition 2021 a été confiée à Sonia Voss, qui s’appuiera sur un nouveau concept scénographique mettant les projets en dialogue les uns avec les autres.
 
Notre promenade dans les espaces modernistes du bâtiment du Monoprix nous conduira à la découverte d’univers où identité et fluidité se côtoient. Exploration multi-sensorielle avec Désidération de SMITH, qui nous entraîne à la croisée des pratiques, où photographie, narration, fiction et dispositif ne font plus qu’un ; voyage vers un cosmos poétique, qui posera à chacun d’entre nous la question essentielle de notre existence au-delà des genres et des frontières. De même, alors que la pandémie nous amène à nous interroger sur les limites de notre humanité, Puisqu’il fallait tout repenser nous introduira à la scène latino-américaine à travers les pratiques féministes, sondant le corps mais aussi la société sous tous ses aspects. Le questionnement de la représentation est également abordé par l’exposition The New Black Vanguard qui célèbre celle du corps noir dans ses diversités à la croisée de l’hybridation des disciplines entre art, mode et culture.
 
Ces regards multiples sur le monde trouvent par ailleurs un écho dans l’introspection à laquelle se livre Pieter Hugo dans Être présent. Cette mise en lumière de la pratique du portrait nous conduira en divers lieux de la planète, mais nous fera toujours soutenir le « regard de l’autre ». Se tourner vers l’autre, vers des horizons lointains, c’est une autre proposition que nous vous faisons avec la séquence Atlas. Là encore, il s’agit d’une invitation au voyage, ainsi que d’une cartographie aussi bien géographique, historique, sociologique que mentale. Regards venus d’Afrique du Sud, donc, mais aussi du Soudan, du Chili et qui nous transporteront dans le monde entier.  
 
Les Rencontres, ce sont aussi des retours sur l’histoire du médium et ses acteurs et actrices. Ainsi, l’ouverture des archives de Charlotte Perriand nous permettra de découvrir que photographie et photomontage ont joué un rôle décisif dans son processus créatif, tant pour son développement esthétique que pour son engagement politique dans les années 1930. Et puis, comment ne pas mentionner Sabine Weiss, qui fête cette année ses 97 ans et dont les œuvres viendront habiter la chapelle des Jésuites du Museon Arlaten, nouveau lieu que les Rencontres investissent cette année.
 
Ce ne sont là que les premières lumières que ces Rencontres d’Arles offriront cet été. Nous vous attendons donc avec la directrice adjointe du festival Aurélie de Lanlay et toute l’équipe pour découvrir ensemble le reste de la programmation dès le 4 juillet à Arles.

 

Arles
Du 4 juillet au 26 septembre
0/23/28 €. Forfait 4 jours : 0/28/42 €
https://www.rencontres-arles.com/
13200 Arles

Article paru le jeudi 1 juillet 2021 dans Ventilo n° 449

Rencontres d’Arles 2021

Prendre l’air du temps

 

Pour sa première édition à la tête des Rencontres d’Arles, l’Allemand Christoph Wiesner s’empare de sujets sociétaux incontournables — le féminisme, l’histoire post-coloniale et l’écologie — plaçant ainsi le festival sous le signe de la résistance… mais aussi du réenchantement.

    Malgré son thème, la résistance, l’obscur virus aura eu raison de l’édition 2020, pensée par Sam Stourdzé avant son départ pour la Villa Médicis à Rome. Ancien directeur artistique de la foire Paris Photo, Christoph Wiesner reprend le flambeau avec une cinquante-deuxième édition pensée comme « une constellation de lucioles ». Marchant dans les pas de Georges Didi-Huberman et de son livre La Survivance des lucioles, il appelle à ce que cet été arlésien illustre « la diversité des regards, la polyphonie des récits et [symbolise] la survivance à travers l’image des espoirs et des prises de conscience. » D’où les trois sujets principalement développés cette année par le festival, dans « l’air du temps » : le féminisme, l’histoire post-coloniale et l’écologie. Toute convenue qu’elle soit, cette inclinaison ne retire rien à la qualité et au caractère engageant de la programmation de cette édition 2021. À commencer par Princes de la rue, exposition signée Clarisse Hahn à la Mécanique Générale, au sein du Parc des Ateliers où se trouve la tour dessinée par Frank Gehry. L’artiste s’immisce dans le quotidien des néo-titis de Barbès. À la limite entre le 18e et le 10 e arrondissement de Paris, le carrefour est peuplé de bandes aux aguets, dont les territoires de deal sont limités par les passages cloutés. L’optique de Clarisse Hahn défie donc ces regards eux-mêmes photographiques, captant tout de l’environnement mieux qu’elle : le client, la police, la demoiselle charmante, l’ennemi… Un univers masculiniste qui n’en reste pas moins attendrissant, comme les photographies de Clarisse Hahn le mettent en scène, et qui ne dénote pas avec l’exposition Masculinités également visible à la Mécanique. Voilà une galante manière de mettre le féminisme à l’honneur, que d’exposer les hommes de 1960 à nos jours. Il est réjouissant de pouvoir apprécier la diversité historique et actuelle des masculinités, à l’heure où elles sont souvent réduites à leur seul aspect patriarcal, ne représentant qu’un seul homme : phallique et gonflé à la testostérone. Et ce à travers des œuvres aussi variées et remarquables que celles de Laurie Anderson, Sunil Gupta, Rotimi Fani-Kayode, Isaac Julien, Catherine Opie, et bien d’autres. Quittons le Parc des Ateliers, quittons Arles, direction la Bibliothèque du Carré d’Art de Nîmes pour participer aux conversations de Michel Glaize avec Muybridge. Cette exposition correspond à la recette du nouveau directeur, composée de voyages (cette année, une nouvelle collaboration s’ouvre avec la Serendipity Arts Foundation, basée en Inde), d’hommages à l’histoire de la photographie, de création contemporaine et d’ouvertures aux différents médiums. Les Rencontres d’Arles n’ont alors jamais aussi bien porté leur nom !  

Romane Charbonnel

   

Rencontres d’Arles 2021 : du 4/07 au 26/09 à Arles.

Rens. : https://www.rencontres-arles.com/