Sortir

aujourd'hui
demain
ce week-end
cette semaine
Musique Théatre et plus Danse Cabaret | Café-théatre | Humour Cirque | Arts de la rue Cinéma Expos Jeune public Divers Festivals Toutes les Sorties
État d’urgence culturelle Croche pied

État d’urgence culturelle

Une bouteille à l’amer

 

Énième mauvaise nouvelle pour le monde de la culture, la fin annoncée des emplois aidés plonge des structures déjà fragiles dans une situation dramatique. Ventilo fait le point avec les concernés.

 

La nouvelle est tombée au cœur de l’été, comme un couperet. Le 9 août face à l’Assemblée, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, annonce une baisse drastique du nombre de contrats aidés dès 2017 (310 000 annoncés contre 460 000 l’an dernier), qui doit s’accentuer en 2018 (200 000 contrats annoncés). Citant des études de l’OCDE et de la Cour des Comptes, elle justifie la décision du gouvernement avec trois arguments : « Les contrats aidés sont extrêmement coûteux pour la nation ; ils ne sont pas efficaces dans la lutte contre le chômage ; ils ne sont pas un tremplin pour l’insertion professionnelle. »

La mesure ne figurait pourtant pas dans le programme présidentiel… Sur le compte Twitter d’Emmanuel Macron, la seule évocation des emplois aidés date de novembre 2014, alors qu’il est ministre de l’Économie. « On a moins d’emplois aidés qu’il y a dix ans alors que nous sommes dans une situation plus difficile », déplore-t-il alors.

 

Effet d’aubaine vs utilité sociale

Certes, le dispositif, financé aux trois-quarts par l’État, ne manque pas de failles. Ses opposants lui reprochent notamment de maintenir les employés dans la précarité, mais aussi de créer un possible effet d’aubaine : ce serait un moyen pour des structures d’employer des travailleurs à moindre coût.

Si ce deuxième argument peut s’entendre (et encore…) en ce qui concerne le secteur marchand (via le CUI, Contrat Unique d’Insertion, proposé aux entreprises), il est vite balayé par la réalité financière du secteur non marchand (écoles, centres aérés, associations…), pour lequel les Contrats d’Accompagnement à l’Emploi (CAE) représentent une compensation pour des missions de service public que l’État a abandonnées depuis longtemps.

D’autant que les emplois aidés ont aussi démontré leur utilité sociale. D’une part, ils favorisent le retour à l’emploi des personnes qui en étaient éloignées, leur offrant également la possibilité de se faire un réseau et d’obtenir des compétences qu’elles peuvent valoriser dans leurs recherches ultérieures. D’autre part, ils permettent donc à des structures économiquement fragiles — bien qu’œuvrant pour le bien commun, voire palliant les manques institutionnels en la matière — de poursuivre leur « mission ». Comme le souligne Claire Lasolle de Vidéodrome 2, « la culture, l’art, la prise en charge du soin de toutes et tous ne sont pas des objets de lucre. »

 

Mauvais calcul

Persévérant dans sa logique budgétaire de court terme et décrivant la formation comme une sorte de panacée économique, le gouvernement prépare donc un « plan social » de grande ampleur, préférant renvoyer 160 000 personnes pointer à Pôle Emploi, où leur seront proposées des formations qui ne mènent nulle part, plutôt que de continuer à financer des emplois formateurs… Sans compter que les associations menacées de dépôt de bilan licencieront certainement aussi des personnes salariées au régime général. Comme en témoigne l’une des structures membres du réseau Marseille Expos : « On avait deux emplois CAE en 2017, le premier n’a pas pu être renouvelé au 30 juin. Le deuxième s’arrête au 1er janvier et comme c’est notre poste administratif, on ne peut pas s’en passer ! Donc on travaille nos budgets pour que ça passe. Si ça ne passe pas… on ferme le lieu et on licencie tout notre personnel. »

Outre les répercussions évidentes sur le marché de l’emploi, la remise en cause du dispositif des contrats aidés aura d’autres conséquences, moins quantifiable certes, mais pas moins dévastatrices, sur la vie culturelle et patrimoniale.

En irriguant la vie culturelle locale et en contribuant fortement au maillage artistique de notre territoire, avec des missions essentielles de diffusion et de médiation en direction des populations, le tissu associatif est l’une des forces vives de la culture en PACA — qui peut se targuer de sa deuxième place dans le classement des régions françaises en termes d’emploi culturel (1). Pour le réseau Marseille Expos, qui a lancé une consultation auprès de ses membres, dont les conclusions, à mi-parcours, se révèlent alarmantes (2), « les conséquences à court et moyen termes seront directement visibles, notamment sous le projecteur des grands rendez-vous artistiques censés renforcer l’attractivité culturelle du territoire. Certains seront ainsi amputés d’une part de la programmation initialement prévue (ex : Saison culturelle « Quel Amour » en 2018), quand d’autres se feront sans l’amplification escomptée au sein du maillage local d’équipements en arts visuels, qui se sera entretemps clairsemé (ex : Manifesta en 2020). »

 

Culture et déconfiture

Une épée de Damoclès planait déjà sur le monde culturel en raison d’une baisse de subventions de la part des institutions. Ce qui n’avait pas manqué de faire réagir de nombreuses structures culturelles. Dans une lettre ouverte datée du 29 mai dernier, une soixantaine d’entre elles alertaient les élu-e-s à la Culture et les directions des affaires culturelles des collectivités territoriales sur la « forte et continue dégradation de [nos] moyens et de [nos] conditions de travail », s’interrogeant sur le gel ou les coupes budgétaires opérés « brutalement ». Des « décisions mortifères pour le lien social que la richesse et la pluralité d’une vie culturelle créent et dynamisent. (…) Nous craignons que soit mise en œuvre une nouvelle orientation d’offre et de demande culturelle qui glisserait vers le populisme, la seule rentabilité économique et l’uniformisation de la pensée et des goûts. »

Nul doute que cette énième décision en défaveur des plus démunis ne fera qu’enfoncer le clou et déclenchera une hémorragie sans précédent dans le secteur culturel. Ainsi, toutes les structures que nos avons contactées, du Daki Ling à l’Embobineuse en passant par l’association Komm’N’Act (Festival Parallèle), voient leur activité mise en péril. Quand elles ne sont pas purement et simplement menacées de disparaître, comme les Argonautes (dont les deux contrats aidés représentent 100 % de l’emploi) ou le Théâtre de l’Œuvre, pour qui « la violence de la mesure sans alternative de substitution, dans un contexte déjà particulièrement difficile pour les petites structures, équivaut à une mise à mort des plus faibles. » Emmanuel Vigne, directeur du cinéma Le Méliès à Port-de-Bouc, de surenchérir : « Le pouvoir ne se formaliserait pas plus que ça d’une société sans culture, dans cette idée qui apparait clairement désormais que nous ne sommes devenus que de simples consommateurs de moins en moins impliqués dans le processus démocratique. Mais c’est effarant qu’ils n’aient pas la moindre idée de ce que cela produirait : les conséquences sont sans limites, et détruiraient le système même. »

Interrogée sur la question lors d’une visite à Rennes le 8 septembre dernier, la ministre de la Culture Françoise Nyssen a affirmé que les contrats aidés « ne disparaîtront pas. Contrairement à ce qui a été prévu dans la loi des finances de 2017, on a augmenté leur nombre tel qu’il a été prévu initialement… On est conscient de la nécessité de réfléchir à cette question et il est urgent de faire un état des lieux. » L’urgence, c’est maintenant.

 

Cynthia Cucchi

 

 

 

 

 

  1. En 2013, les activités liées à la culture représentent 44 100 emplois en Provence-Alpes-Côte d’Azur. La région compte 89 emplois culturels pour 10 000 habitants : c’est la plus forte densité des régions de province. Source : Insee []
  2. « Parmi les 42 structures du réseau, à l’échelle de la Métropole, nous avons reçu les réponses de onze structures directement touchées par les nouvelles directives sur les contrats CUI-CAE, complétées par trois autres structures du secteur arts visuels. Sur ce groupe, en juillet 2017, on totalise 17 demandes de postes en CUI CAE (nouveaux postes ou renouvellements) qui ont toutes été refusées. Par ailleurs, entre la fin 2017 et juin 2018, 18 postes CUI/CAE seront sollicités (nouveaux postes ou renouvellement) qui se verront vraisemblablement refusés. Au total, si l’arrêt complet des emplois aidés est confirmé dans le secteur culturel pour la période à venir, ce sont donc au moins 35 emplois qui sont directement perdus pour seulement ces quatorze structures, ce qui correspond à une moyenne de 2,5 postes par structure. » []