Sudameris

Jazz

Robert Rossignol : piano, arrangements
Farid Boukhalfa : percussions
Jean-Christophe Gautier : contrebasse

Après 30 ans ensemble, Sudaméris est une formation phare de la scène jazz marseillaise. Surprenant et inattendu, leur 6ème album « Satirvana » célèbre avec énergie, impertinence et inventivité les grandes pages du répertoire « classique » ainsi que quelques standards célèbres de Pop-Rock revisités !

 

La Mesón
Le dimanche 4 décembre 2022 à 19h30
12 € (+ adhésion annuelle : 3 €, avec un verre offert)
www.lameson.com
52 rue Consolat
13001 Marseille
04 91 50 11 61

Article paru le mercredi 26 octobre 2022 dans Ventilo n° 471

Jazz sur la Ville

Allier les bleus

 

La litanie des chiffres a de quoi impressionner après deux ans de désert culturel ! Jazz sur la Ville est de retour avec cinquante événements sur trente lieux, conviant cent soixante-cinq artistes sur les scènes engagées dans le dispositif automnal.

    L’évènement n’a plus vraiment de territoire spécifique, essaimant sur les principales scènes des Bouches-du-Rhône, et convoquant des acteurs des musiques de jazz en Vaucluse, dans le Var et dans les Alpes-de-Haute-Provence… et pourquoi pas, après tout ! C’est le propre des musiques de jazz que de constamment émerger de leurs foyers géographiques originels pour mieux se lover dans des lieux a priori incongrus. Saluons la présence affirmée d’artistes régionaux dans les propositions, que ce soit sur un mode swing manouche (le classieux Hôtel C2 recevra ainsi des musiciens qui peuvent tout aussi bien s’exprimer dans la rue) ou bien latin (leduo Andréa Caparros/Émile Mélenchon ; l’Afropean Project où l’on retrouve notamment le plus néo-orléanais des Marseillais, et inversement, Cleveland Donald…), sans oublier quelque propension à « l’improvisade » (master class du trio du guitariste Pascal Charrier à l’IMFP, à Salon-de-Provence). Parmi les néo-Phocéens, saluons la présence du pianiste étatsunien Rob Clearflied, programmé au Cri du Port. Certains artistes seront de retour sur les terres où il·elle·s firent leur première armes jazzistiques : ainsi de Marion Rampal, avec son répertoire Tissé, programmée aux Rendez-vous de Charlie, à Vitrolles, ou encore d’Enzo Carniel, qui officie au piano et au synthé au sein de l’excellent Charley Rose Trio, aux côtés du leader saxophoniste et du batteur Ariel Tessier , à retrouver à Hyères sous l’égide de Jazz à Porquerolles ou bien à Marseille, au Cri du Port — ce groupe est une merveille d’expressionnisme musical, au service d’un jazz du futur. Attention : présence de légendes vivantes des notes bleues à l’occasion de ce mois automnal. Ainsi le vénérable pianiste antillais Alain-Jean Marie, dont le swing alizéen ravit plusieurs générations, s’exprimera en duo avec l’émouvante chanteuse Annick Tangora au Petit-Duc à Aix-en-Provence et sera également présent dans le quintet du vibraphoniste d’origine italienne établi à Paris Nicholas Thomas, pour un vibrant hommage à Hank Jones, l’un des phares du hard-bop, sur la scène de l’Osons Jazz Club. Le saxophoniste Rick Margitza, qui fraya un temps avec Miles Davis, sera également sur la scène aixoise, dans la formation du pianiste Manuel Rochemann — n’oublions pas que la dernière fois qu’il était passé à Marseille, c’était au regretté Jam. Le guitariste Bill Frisell, lui, fera résonner ses six cordes dans une veine jazz-folk lors des Rendez-Vous de Charlie (décidément l’un des temps forts de cette édition 2022 de JSLV). Signalons la présence du trio du pianiste italien Antonio Farao, qui, même s’il a travaillé avec Snoop Dog, n’en reste pas moins un gardien résolu du feu be-bop — c’est au Cri du Port, un dimanche « en matinée » : la salle des alentours de la place de Strasbourg confirme ainsi son retour dans une programmation conséquente. Pour les légendes en devenir, l’excellence le disputera à l’émotion lors de la prestation du quintet « Louise » du sax’soprano Émile Parisien, au Théâtre La Colonne à Miramas, alignant dans ses rangs rien de moins que le plus rappeur des trompettistes actuels, Théo Crocker himself. Des vagues de créolisation déferleront sur la région. Ainsi de la présence du oudiste chanteur tunisien Dhafer Youssef, à Vitrolles, dont les mélismes bienveillants ont dépassé depuis un bail les limites conventionnelles du jazz pour atteindre des horizons populaires. Ou encore de la programmation à l’IMFP du projet Identités formé par le saxophoniste Gaël Horellou avec quelques compagnons réunionnais, dans une perspective jazz-maloya qui s’adresse aussi bien aux consciences qu’aux bassins pelviens. Loin de quelque élitisme que ce soit, le programme de Jazz sur la Ville 2022 est un bel antidote à la morosité identitaire ambiante.  

Laurent Dussutour

Jazz sur la Ville, du 3 novembre au 4 décembre à Marseille et en PACA.

Rens. : https://jazzsurlaville.org

La programmation complète de Jazz sur le Ville ici