Festival des Cinémas d'Afrique du Pays d'Apt (V.O.)

17e édition : une trentaine de films (fictions, documentaires et courts-métrages) reflétant la production cinématographique de 15 pays différents. Mais aussi des rencontres avec les réalisateurs, des débats et leçons de cinéma, une expo, un ciné-concert, un marathon vidéo...

Une édition bien particulière que la dernière de cette décennie…
Contraints pour des raisons financières de réduire la durée du festival, sans renoncer à programmer les incroyables productions récentes que nous avons découvertes, nous vous proposons cette année un « concentré » de festival !
Pendant ces six jours, les projections et les rencontres avec les cinéastes vont être largement aussi nombreuses que dans notre confortable et habituelle semaine de huit jours. Ce foisonnement va peut-être frustrer certain-e-s d’entre vous, mais il offre à chacun un très grand choix d’excellents moments cinématographiques. Un nombre grandissant de pays du continent seront représentés cette année : pour la première fois, des films du Ghana et du Soudan, tout en retrouvant encore cette année le Kenya, l’Éthiopie et le Rwanda par exemple…
Si on rencontre dans cette programmation des préoccupations largement partagées, comme la dramatique destruction de milieux naturels et des sociétés qui y vivent ou y survivent, les cinéastes questionnent sans relâche les contradictions, les injustices, les failles de nos sociétés, de leurs points de vue, et à travers des écritures singulières, très souvent totalement neuves et surprenantes. Ce sont la magie, le surréel, l’anticipation qui nous content parfois le réel, c’est l’intransigeante et dure réalité qui nous laisse entrevoir des issues encourageantes…
Comme chaque année, nous allons accueillir les jeunes du pays d’Apt à travers les séances scolaires, mais ne soyez pas étonné de voir un certain nombre d’entre eux de plus en plus impliqué dans le festival : le FCAPA junior, la fierté du festival ! La présence de Tahar Chikhaoui dans notre équipe permanente rend possible cette formidable action multiforme. Sa passion de la médiation ne s’arrête pas là. De nombreux autres dispositifs existent grâce à sa généreuse implication dans le festival… Sa présence en temps que partenaire et commissaire nous sera précieuse encore l’année prochaine : le festival a l’heureuse surprise d’être labellisé Africa 2020, une opération nationale, portée par le ministère des Affaires étrangères…
En attendant, excellent festival 2019 à tous !
Festivaliers, invités, bénévoles, nous nous retrouverons tous cette année entre les projections au nouveau lieu permanent du festival, un chaleureux endroit pour tous !

Pays d'Apt
Du 8 novembre au mercredi 13 novembre 2019
3/6,50 €. Pass festival (10 places) : 55 €
Rens. 07 82 64 84 99
https://africapt-festival.fr/

Article paru le mercredi 30 octobre 2019 dans Ventilo n° 436

Festival des Cinémas d’Afrique du Pays d’Apt

Bissap Repetita

 

Du 8 au 13 novembre, l’équipe du Festival des Cinémas d’Afrique du Pays d’Apt nous offre la dix-septième édition d’un événement unique au cœur d’un continent dont la production cinématographique, toujours trop peu distribuée, reste cependant l’une des belles qui soient, dans sa forme, son écriture et son rapport au monde.

  Nous l’avons souvent souligné dans ces colonnes, s’il est une cinématographie totalement passionnante dans son rapport au monde, dans l’invention quasi cosmogonique des formes d’écriture et dans le portrait qu’elle offre en miroir sur les questions sociétales, c’est bien les cinémas d’Afrique. Le pluriel est ici capital, car l’expression cinématographique diffère bien évidemment d’un pays à l’autre, ainsi que les mécanismes de production afférents. Il existe cependant un fil rouge qui lie cette création : la quasi absence de reconnaissance que l’industrie internationale (essentiellement occidentale) témoigne à l’égard des cinémas d’Afrique, plus particulièrement subsahariens. Nous assistons ici à une profonde injustice, et nous ne pouvons nous empêcher de la lier à une certaine forme de condescendance post-colonialiste. Car comment expliquer qu’une kyrielle d’œuvres, médiocres, sont internationalement portées aux nues, quand dans le même temps, de nombreux films africains, sublimes, sortent dans l’indifférence générale ? Il suffit de scruter la programmation des plus grands festivals pour confirmer cette tendance. Il y a cependant de ci de là quelque lueur d’espoir, notamment cette dernière année, durant laquelle les cinématographies d’Afrique furent sensiblement plus représentées en festival. C’est cette dynamique que met en lumière, depuis dix-sept ans, le sémillant Festival des Cinémas d’Afrique du Pays d’Apt : du 8 au 13 novembre, près d’une quarantaine d’œuvres viendront rappeler au spectateur curieux le dynamisme et la créativité toujours renouvelée du continent. À commencer, justement, par les cinéastes qui parviennent à atteindre une reconnaissance critique et publique hors des frontières : Mati Diop pour le sublime Atlantique, Rabah Ameur-Zaïmèche pour son dernier opus Terminal Sud, Jenna Bass pour High Fantasy, mais encore, moins exposés, Tlamess et Le Miracle du Saint Inconnu d’Alaa Eddine Aljem, Noura rêve d’Hine Boujemaa ou Pastorales électriques d’Ivan Boccara. Ces séances seront accompagnées, comme à l’accoutumée, de nombreux invités, de l’étonnant cinéaste tunisien Jilani Saadi à l’acteur de Terminal Sud Slimane Dazi, en passant par Alaa Eddine Aljem, Joël Karekesi — grand cinéaste rwandais, réalisateur de La Miséricorde de la jungle — ou Alassane Diago. Mais le dynamisme et l’ouverture du festival dépassent le champ des projections, en proposant l’approche de films en réalité virtuelle (avec le Festival des Cinémas d’Afrique de Lausanne), les tables rondes, des ateliers radio et de création (l’excellent sixième épisode du Marathon Vidéo), ainsi que des séances hors les murs, dont la rencontre avec Ivan Boccara à la belle salle de Cucuron, le Cigalon.  

Emmanuel Vigne

 

Festival des Cinémas d’Afrique du Pays d’Apt : du 8 au 13/11.

Rens. : 07 82 64 84 99 / africapt-festival.fr/

Le programme complet du Festival des Cinémas d’Afrique du Pays d’Apt ici