Les Rencontres à l'Échelle

17e édition du festival pluridisciplinaire proposé par les Bancs Publics autour des questions liées aux identités, aux migrations, aux rapports entre l'Occident et l'Orient : arts visuels, danse, théâtre, performances, cinéma...

Après une édition en novembre 2021 remarquée pour son engagement auprès de la jeune création et des scènes contemporaines des Suds, la 17e édition du festival international Les Rencontres à l’échelle revient avec une programmation, désormais estivale, à Marseille du 8 au 18 juin prochain.

 

 

« Pour cette 17e édition, nous avons à nouveau pris le parti de montrer des projets qui n’ont, pour l’essentiel, pas encore été montrés en France et avec une partie des artistes qui ne sont jamais venu·e·s ici. Pour autant, je ne souhaite pas parler d’émergence mais plutôt d’artistes jeunes qui nous offrent des formes nouvelles de radicalité pour mieux mettre au jour leur pensée décoloniale, leur préoccupation sur la question des identités et une envie d’investir plusieurs champs disciplinaires. De manière générale, nous sommes également vigilant·e·s à la question de la contextualisation des projets, notamment avec Jay Pather, curateur, chorégraphe et universitaire sud-africain avec qui nous collaborons à nouveau cette année. Un projet en Afrique du Sud ne raconte pas la même chose une fois en France. En tant que programmatrice, je me sens aussi responsable de la façon dont les projets sont montrés ici et j’ai souhaité véritablement mettre cette question en partage avec les artistes. »

— Julie Kretzschmar, Directrice des Rencontres à l’Échelle - Bancs Publics

 

Cette année, plus que jamais, la programmation du festival a vocation à se partager ! Pour se faire, le festival inaugure un changement de temporalité en se positionnant sur un temps estival lui permettant de proposer des formes aussi bien en intérieur qu’en extérieur. À cette occasion, le festival propose notamment deux grandes soirées musicales sur le toit terrasse de la Friche la Belle de mai.
 
Le festival compte 12 premières françaises dont 4 créations 2022 et 20 équipes artistiques de 11 pays (Mozambique, Portugal, France, Liban, Brésil, Suisse, Tunisie, Turquie, République Démocratique du Congo, Afrique du Sud, Cameroun) qui investissent diverses disciplines (théâtre, lecture, danse, performance, cinéma et concert).
 
Au sein de la programmation de cette 17eédition, trois axes forts se dégagent. L’un interroge nos appartenancesnos filiations en convoquant et en transfigurant les rituels et formes traditionnels. Parmi les artistes présenté·e·s, une partie se définit comme activiste (Congo RDC, Afrique du Sud) et parle de cette question de manière contextuelle dans ses projets. D’autres récits, portés par des artistes se définissant comme non binaires, interrogent la question du genre et de l’assignation des identités.

Les Rencontres à l’échelle positionne Marseille comme ville au carrefour des Suds et comme plateforme importante d’échanges sur la question des diasporas, en invitant des artistes issu·e·s du continent africain mais aussi du Brésil et de la Turquie. Un Sud, pensé en dialogue avec d’autres Suds comme force et déploiement possible.

Marseille
Du 8 juin au 18 juin
0/3/20 €
Rens. 04 91 64 60 00 / contact@lesbancspublics.com
https://www.lesrencontresalechelle.com/
13000 Marseille

Article paru le mercredi 25 mai 2022 dans Ventilo n° 465

Les Rencontres à l’Échelle

Échelle de riches terres

 

Pour leur dix-septième édition, les Rencontres à l’Échelle se posent et s’imposent comme une véritable baie vitrée sur le monde et ses agitations, mettant en écho une multiplicité de points de vue pour dessiner un paysage commun. Tour d’horizon.

    « Les Rencontres à l’Échelle sont traversées par ce que disent et font des voix venues de plus loin et par celles qui se hissent juste à nos côtés : des voix comme autant d’alternatives aux récits dominants, autant de récits qui se risquent à l’intime et racontent comme certaines cultures que les rêves ne s’opposent pas à la réalité. » Ces voix, que Julie Kretzschmar et l’équipe des Bancs Publics réunissent chaque année pour mettre en perspective ce que l’histoire nous raconte de nous-mêmes, viennent de Lisbonne, Alexandrie, Beyrouth, Yaoundé, Kinshasa, Cape Town… Chacune à leur manière, elles cherchent à interroger leurs origines, « à l’intersection des questions raciale, sociale et de genre », se faisant chambre d’écho de tout ce qui les nourrit : mots, gestes, histoires anciennes ou contes modernes. Car il s’agit ici tout autant de panser le passé (Géométries de vies de Michael Disanka et Christiana Tabaro) que de penser le présent (Petra Serhal) et d’imaginer le futur (Shadow Survivors de Zora Snake). Dessinant un puzzle de près d’une vingtaine de propositions qui convoquent moult disciplines (théâtre, danse, performance, musique, cinéma), les Rencontres à l’Échelle s’adressent autant à nos sens qu’à notre intellect. Les récits intimes et représentations du monde s’y mêlent pour questionner l’identité (La Peau entre les doigts de Catol Teixeira) comme la force du collectif (Minen Kolotiri : Sculpter le droit par le droit par le Bureau des Dépositions ; Sœurs de Penda Diouf, Marine Bachelot Nguyen et Karima El Kharraze). Mais c’est surtout la migration et l’exil que ces jeunes créateurs des « Suds » porteront au plateau, interrogeant tout autant la mémoire familiale (Voilà le temps d’Éric Androa Mindre Kolo) que coloniale (Limbo du Portugo-mozambicain Victor De Oliveira), le déracinement (Le Chant du père de Hatice Özer) que l’enfer des parcours migratoires (Pièce d’actualité n°17 : En vrai, une enquête sur scène des journalistes Étienne Huver et Jean-Baptiste Renaud, mis en scène par Marie-José Malis) ou le statut des réfugiés (We are everywhere de Qondiswa James). Toutes ces propositions tendent à le prouver : la (sombre) réalité du monde pousse à la gravité. Dans ce contexte, la musique, la danse, la fête n’en apparaissent que plus essentiels, exutoires bienvenus dans une histoire qui s’écrit en rouge sang, particulièrement en Afrique et au Proche-Orient. Le Kinois Lova Lova en témoignera via un concert mêlant rock et musique traditionnelle congolaise, à l’instar d’Imed Alibi et Khalil Hentafi qui proposeront une plongée dans les cultures (club) populaires du nord de l’Afrique. De la Friche au Mucem, en passant par Montévidéo et la Cômerie, la cité phocéenne n’aura jamais mieux mérité sa réputation de ville-monde que pendant ces dix jours d’intense création.  

CC

 

Les Rencontres à l’Échelle : du 8 au 18/06 à Marseille.

Rens. : www.lesrencontresalechelle.com/

Le programme complet des Rencontres à l’Échelle ici

Teaser