Sortir

aujourd'hui
demain
ce week-end
cette semaine
Musique Théatre et plus Danse Cabaret | Café-théatre | Humour Cirque | Arts de la rue Cinéma Expos Jeune public Divers Festivals Toutes les Sorties
Vingt-quatre heures d’architecture #2 à la Friche la Belle de Mai La tour panorama de la Friche La Belle de Mai - ARM architecture © Damien Boeuf

Vingt-quatre heures d’architecture #2 à la Friche la Belle de Mai

Archirama

 

Après Strasbourg en 2012, la Friche La Belle de Mai accueille ce week-end les Vingt-quatre heures d’architecture, événement national qui prend tout son sens dans le temple de la réhabilitation post-industrielle.

 

A l’origine de la manifestation, on trouve le réseau des Maisons de l’Architecture, association qui fédère les MAV de chaque région. Créées à l’initiative des ordres des architectes régionaux, elles sont nées d’une volonté des professionnels de s’ouvrir au public, pour présenter, débattre, analyser et au final appréhender la culture architecturale.
Si Marseille a été choisie pour cette édition, ce n’est évidement pas un hasard. Au sortir de l’année « Capitale », la ville s’enrichit de nouveaux édifices, sculpturaux (le FRAC, le MuCEM). L’opération de rénovation urbaine Euromediterranée n’est pas en reste avec la tour CMA-CGM de Zaha Hadid, la requalification des Docks ou l’aménagement du boulevard du Littoral, sans compter le projet des tours de Yves Lion et Jean Nouvel, qui font déjà couler beaucoup d’encre même si, pour l’heure, le financement n’est pas bouclé.
On le voit : les regards se tournent désormais vers la plus vieille cité de France et les Marseillais découvrent l’audace architecturale. Pourtant, bien du chemin reste à parcourir pour que la culture d’élus, pourvoyeurs des précieux permis de construire, s’affranchisse du copinage et des appels d’offre biaisés qui nivèlent la créativité architecturale vers le bas (voir l’enquête « Gaudin le bétonneur » dans le magazine Bons Baisers de Marseille de mars-avril 2014). Ce débat, mal nécessaire, s’invitera-t-il lors de l’un des sept échanges thématiques programmés ce week-end ? On devrait pouvoir compter sur celui intitulé « Marseille, pas comme les autres ? », réunissant notamment Michel Péraldi et Michel Samson.
Quoi qu’il en soit, ces Vingt-quatre heures — gratuites — permettront surtout au grand public de s’initier aux joies de l’urbanisme, avec moult expositions, projections, ateliers et concerts, déployés sur toute la surface de la Friche.

Damien Bœuf

 

Vingt-quatre heures d’architecture #2 : les 17 et 18/10 à la Friche la Belle de Mai (41 rue Jobin, 3e).
Rens. : www.24harchi.org

Le programme détaillé des Vingt-quatre heures d’architecture ici

 

 

Les immanquables


bus 49tBalade : Découvrez Marseille par le bus 49

La MAV PACA a édité pour l’occasion un plan (disponible à la MAV PACA et à la Friche) qui, sur le trajet du bus 49 de la RTM, vous fait découvrir les bâtiments ou espaces remarquables : un arrêt, une visite et vous reprenez le prochain, à moins que vous préfériez faire le tour complet de l’intérieur… pour le prix d’un ticket de bus ! A ne surtout pas manquer, la balade commentée par Nicolas Mémain ! Autoproclamé « montreur d’ours en béton », l’urbaniste gonzo sait mieux que quiconque parler d’architecture de façon décalée. Il est d’ailleurs à l’initiative du concept.

> Du vendredi 12h30 au samedi 12h

 

ConferenceTable ronde : Marseille, pas comme les autres ?

La table ronde la plus prometteuse. On y retrouvera Nicolas Mémain, mais surtout Michel Péraldi et Michel Samson, auteurs de Gouverner Marseille, l’excellente enquête sur les mondes politiques marseillais. Sans compter Pascal Urbain, qui pourrait avoir une opinion sur le sujet, lui qui a travaillé à l’étude d’insertion urbaine et de requalification des quartiers pour le prolongement de la L2 en… 1999 !

> Vendredi de 14h30 à 16h30

 

La-ligne-de-BergenCinéma

Un montage de vingt-quatre heures prolonge la déambulation, entre les lieux de débat et d’expos. Deux programmes s’avèrent particulièrement intéressants : le premier, signé Slow TV, est diffusé dans les espaces « interstitiels de la Friche ». Si certains ont déjà pu voir sur France 2 Tokyo Reverse, dans lequel le réalisateur parcourt la ville en marchant à l’envers (mais diffusé à l’endroit), l’inédit La Ligne de Bergen pourrait capter l’attention : sept heures de trajet jusqu’à Oslo à bord d’un train filmé depuis le cabine du conducteur où défilent les plus beaux paysages norvégiens… Le deuxième, c’est la diffusion de L’Heure exquise de René Allio, dans le cadre du OFF. Plus d’infos en pages cinéma !

La ligne de Bergen : vendredi 12h30-19h + samedi 9h30-12h
L’Heure exquise de René Allio : samedi de 18h à 20h

 

Dj DjelConcerts et spectacle vivant

C’est un peu la surprise de ces Vingt-quatre heures. Du jazz aux Grandes Tables (classe jazz du Conservatoire), du rock (Alifib), de l’électro (Emahicks et son downtempo inspiré par l’urbanisme) et du hip-hop (Dj Djel) au Cabaret, une installation du groupedunes sur la terrasse, avec performance du danseur Laurent Pichaud. Un événement total qui couvre toutes les disciplines.

 

 

 

ATK Lyon 2013Les expos

Une vingtaine d’expositions prendront place au sein du dispositif scénique imaginé par l’agence PAN architecture afin « d’illustrer le foisonnement et la créativité de l’architecture contemporaine ». Retrouvez le programme ici.

 

 

 


 

millefeuille Architecture à Marseille 1900-2013

Architecture à Marseille 1900-2013 – sous la direction de Thierry Durousseau (MAV PACA)

Toute les grandes métropoles ont le leur, c’est même à ça qu’on les reconnait. Marseille avait son Guide d’architecture de Marseille, 1945-1993 par Jacques Sbriglio (1994), la Maison de l’Architecture et de la Ville (MAV PACA) propose désormais un ouvrage couvrant les constructions de 1900 à 2013. Clair et bien construit, il regroupe trois cents fiches d’édifices ou infrastructures remarquables, classés par quartiers et disposés sur un plan. Au-delà de l’aspect pratique, il permet de faire l’inventaire de notre patrimoine architectural, popularisé par le MuCEM, de ses styles, de recontextualiser ses formes et fonctions… Néanmoins, on y a trouvé une coquille : le bâtiment de Klap conçu par Guillaume Beccaria, attribué malencontreusement à Babikian… espérons qu’elle soit orpheline.

dB