Sortir

aujourd'hui
demain
ce week-end
cette semaine
Musique Théatre et plus Danse Cabaret | Café-théatre | Humour Cirque | Arts de la rue Cinéma Expos Jeune public Divers Festivals Toutes les Sorties
  • Raymond Depardon – <em>Un moment si doux </em>au MuCEMHarar, Éthiopie, 2013 © Raymond Depardon / Magnum Photos
  • Raymond Depardon – <em>Un moment si doux </em>au MuCEMBeyrouth, Liban, 1978 © Raymond Depardon / Magnum Photos
  • Raymond Depardon – <em>Un moment si doux </em>au MuCEMAsentamiento «Arnoldo Rios », province de Cantin, entre Temuco et Puerto Saaverdra, Chili, 1971 © Raymond Depardon / Magnum Photos
  • Raymond Depardon – <em>Un moment si doux </em>au MuCEMLes starlettes de l'année 1960, 169 ans à elles dix : Anne-Marie Bellini, Mireille Darc, Catherine Deneuve, Danièle Gaubert, Geneviève Grad, Joëlle Latour, Dahlia Lavi, Giselle Sandre, Catherine Spaak, Michèle Verez © Raymond Depardon / Magnum Photos
  • Raymond Depardon – <em>Un moment si doux </em>au MuCEMAutoportrait au Rolleiflex (posé sur un mur), 1er scooter de marque Italienne « Rumi », avec étiquette de presse sur le garde boue. Ile Saint-Louis, Paris, 1959 © Raymond Depardon / Magnum Photos

Raymond Depardon – Un moment si doux au MuCEM

Un certain regard

 

Artiste contemporain aux multiples casquettes, Raymond Depardon fait escale au MuCEM avec Un moment si doux, une exposition atypique retraçant l’utilisation de la couleur dans son œuvre photographique. Plus qu’un parcours technique, c’est une véritable balade intimiste que nous offre l’artiste.

 

Raymond Depardon n’est plus à présenter. Sillonnant le monde depuis plus de cinquante ans, ses photos ont fait la une de nos quotidiens, depuis ses reportages de guerre à la photo officielle de François Hollande en 2012, tout juste président. L’exposition Un moment si doux nous présente une autre facette de son travail. Davantage habitué à ses photographies en noir et blanc, on découvre avec étonnement ses planches couleurs. « Les gens qui me connaissent m’ont dit que ces photographies sont plus proches de moi, plus douces, plus contemplatives. C’est peut-être vrai. Quand je travaille en noir et blanc, je me sens plus incisif, plus dans le côté journaliste, à dénoncer les drames et les guerres. » Il avoue avoir pourtant toujours travaillé en noir et blanc et en couleur, même si cette dernière n’avait pas de réel intérêt à l’époque. « La couleur n’était pas considérée comme noble. Toutes les grandes œuvres étaient en noir et blanc et tous les grands photographes travaillaient en noir et blanc. Et puis la couleur, ça ne tenait pas, elle passait à force d’être exposée à la lumière. Moi-même je ne pensais qu’en noir et blanc, mais j’aimais utiliser la couleur pour mon plaisir. » Des moments si doux que le photographe a gardés dans des boîtes durant plusieurs décennies avant qu’Hervé Chandès, directeur général de la Fondation Cartier, ne se plonge dans ces archives pour monter cette exposition inédite de plus d’une centaine de clichés, des doublages couleurs des premiers reportages aux scènes de vies instantanées.
Déjà présentée au Grand Palais à Paris, l’exposition s’est vue offrir une nouvelle série pour son étape marseillaise. « Je ne pouvais pas ne pas intégrer cette ville dans l’exposition. Marseille est une ville que j’aime, qui change énormément et qui a une lumière extraordinaire. » En quelques semaines, le photographe a sillonné la cité et imprimé la vie de ses habitants sur pellicule. Et nous voilà partie intégrante de ce parcours quasi autobiographique, à la suite de Glasgow, Beyrouth, Los Angeles… Ce que l’on retient de cette exposition particulière, véritable balade dans la vie de l’artiste, c’est cette fraîcheur du regard, à la croisée du photographe et du touriste qui découvre et se laisse aller à la contemplation. Au visiteur de faire de même pour profiter pleinement de ces instants.

Aileen Orain

 

Raymond Depardon – Un moment si doux : jusqu’au 02/03/2015 au MuCEM (Esplanade du J4, 2e).
Rens. : 04 84 35 13 13 / www.mucem.org

Pour en (sa)voir plus : www.palmeraieetdesert.fr