Sortir

aujourd'hui
demain
ce week-end
cette semaine
Musique Théatre et plus Danse Cabaret | Café-théatre | Humour Cirque | Arts de la rue Cinéma Expos Jeune public Divers Festivals Toutes les Sorties
Retour sur <em>Promenade chorégraphique</em> d’Ambra Senatore au Château d’If Le rhinocéros, gravure d’Albrecht Dürer, 1515

Retour sur Promenade chorégraphique d’Ambra Senatore au Château d’If

Visite partagée

 

Le Merlan présentait, en association avec le Centre des Monuments Nationaux, une déambulation de la chorégraphe Ambra Senatore sur l’île du château d’If. L’occasion de confronter la danse au poids symbolique de l’histoire et de voir si la légèreté et l’ironie gardent toute leur place.

 

La forteresse du Château d’If fut édifiée en 1529 sur ordre de François Ier, afin de protéger le commerce du port de Marseille. Il se dit aussi qu’un rhinocéros aurait fait escale sur l’île en 1513. Mais c’est surtout avec Le Conte de Monte-Cristo, écrit en 1844 par Alexandre Dumas, que l’île acquiert une renommée internationale. Ici, point de plage, ni de port de plaisance. On entre dans le château par un pont-levis qui voit la foule se diriger en file indienne. Tout est compartimenté par d’épaisses murailles et une architecture qui fonctionne sur l’idée de la verticalité. Ambra Senatore a su trouver le contrepoint d’un édifice qui nous rappelle en tout point le souvenir de la guerre. Des êtres sautillants, les doigts pointés au-dessus de leur tête, gambadent dans l’herbe haute de la fosse, en contrebas du pont-levis. Dans ce jeu de la faune et de la flore, une ironie pointe le bout de son nez pour emmener le public dans une après-midi joyeuse. À l’intérieur de l’enceinte, le faune reprend son droit à la parole et transforme la cour intérieure du puits en auditorium, où le public, dressé sur les balcons, admire des partitions de pas dansés, sortes de mini-objets qui meurent et renaissent dans un même instant. Puis, dans la symbolique du joueur de flûte, la foule suit l’interprète fanfaron et découvre, à la dérobée, l’imposante structure qui mène au donjon. Ambre Senatore prend le pari de construire une inversion des sentiments. Plus l’architecture nous interpelle dans sa violence et son isolement (le cachot), plus la chorégraphe regroupe son monde et l’emmène dans un jeu de saltimbanques. Tout là-haut, dans un panorama baigné par la brume et qui nous laisse craindre l’assaut final, les interprètes entament une suite de pas chantés avec le public et l’espace devient le terrain d’une comédie musicale où résonnent des souvenirs de l’histoire. La fronde est menée jusqu’à son paroxysme, là où le public, dans un même élan, maitrise les pas comptés et se jette allègrement dans le jeu d’une danse euphorisante. Puis le calme reprend ses droits, laissant la brume envelopper le souvenir d’un moment partagé qui donne à cette visite du Château d’If un caractère unique et une expérience indélébile.

 

Karim Grandi-Baupain

 

La Promenade chorégraphique d’Ambra Senatore était présentée le 24/09 au Château d’If dans le cadre de la 3e édition de « Monuments en mouvement »