Sortir

aujourd'hui
demain
ce week-end
cette semaine
Musique Théatre et plus Danse Cabaret | Café-théatre | Humour Cirque | Arts de la rue Cinéma Expos Jeune public Divers Festivals Toutes les Sorties
Le Festenau dei 3 Lunas Renat Jurié et Jean-Pierre Lafitte

Le Festenau dei 3 Lunas

La clé, les chants

Depuis La Plaine, un lieu se consacre à la culture occitano-provençale en la rattachant à l’espace marseillais et international. Entre salle de concert, lieu de vie et point de chute, l’Ostau dau País Marselhés démarre habilement sa dix-septième saison avec un festival en poche.

 

« On ne défend pas les langues sans une pensée d’ensemble du langage et de la société », écrivait le théoricien du langage Henri Meschonnic. Tel aurait pu être l’adage de l’Ostau Dau País Marselhés, dit l’Ostau, « la maison », pour les gens du quartier et les habitués de ce lieu à part dans le paysage marseillais. Et de paysage marseillais, ici, en plein cœur du quartier de la Plaine, il en est pas mal question. D’autant plus lorsque l’on s’attèle de façon aussi intime à un sujet pour le moins sensible en France : les langues minorisées. Plus précisément : l’occitan, la langue d’oc, celle propre à la grosse moitié sud de l’hexagone. Plus précisément encore : sa variante provençale, et toutes les prises de conscience qui en découlent.

Et du boulot, aujourd’hui, en la matière, il y en a en France. Tout est souvent à réapprendre, même à Marseille, dans un pays centraliste crispé sur toutes les questions qui touchent de près ou de loin à son identité, et à l’intégration des minorités. Tout est à reconsidérer donc, car il existe bien autant de langues que de façons de voir le monde. C’est du moins le constat fait par Arnaud Fromont, membre de l’équipe (et par ailleurs chanteur et musicien au sein du groupe D’Aqui Dub) : « Le simple fait, par exemple, que nous sommes environnés à Marseille par une toponymie héritée du provençal/occitan, est aujourd’hui largement méconnu. Non, ce n’est pas du mauvais français, mais des restes du provençal. » Pour y remédier ? Un cocktail qui fait recette : pas mal de tchatche, des valeurs humanistes, un désir fougueux de partager avec des gens d’horizons divers et une réelle implantation dans le quartier. Ici, on ne vous jugera pas si vous coincez sur les deux mots de provençal que vous venez d’apprendre en entrant. On ne vous jugera pas non plus si vous ne savez pas danser la bourrée ou une scottisch. On ne vous jugera pas si vous n’aviez jamais entendu parler de tout ça avant. On ne vous jugera pas tout court d’ailleurs. « C’est tout le contraire d’une démarche d’enfermement sur soi. Ça donne un prisme super pratique et enthousiasmant pour regarder d’autant mieux autour de nous », précise l’actuel président de l’asso Jacques Sorrentini.

Ainsi, la musique, vecteur culturel privilégié, tient à l’Ostau une place à part. Des ateliers de chants occitans menés par Manu Théron et Audrey Peinado aux stages de musiques kabyles ou kurdes, en passant par les concerts de chaâbi algérois du Brahim Kallouche Quartet, nombreux sont les prétextes à la rencontre, à la circulation. « Loin d’être celle d’une communauté au milieu de mille autres, la culture occitane est celle de tous ici », nous précise le texte de présentation du lieu, qui n’hésite pas à citer plus loin L’inspiration occitane de Simone Weill… Et les enjeux sont de taille à Marseille, ville en proie aux politiques les plus crasses, à un tourisme des plus balisés et à une méconnaissance totale de la réalité culturelle de ses habitants. « On a goûté au pastis et à la bouillabaisse, et on a l’impression d’avoir embrassé Marseille… Mais c’est une tendance qui dépasse largement la ville, seulement, elle n’y fait pas exception. »

Nouvelle saison, nouveaux projets donc, et un festival en guise d’immersion : le Festenau dei 3 Lunas, « le Festival des 3 Lunes ». Trois lunes, trois dates, trois lieux : l’Église de Notre-Dame-du-Mont, la Machine à Coudre et le Jardin des Chats. De quoi faire le pont entre les milieux, que ce soit grâce aux Chants sacrés et chansons profanes des pays d’Oc interprétés par Renat Jurié (figure emblématique du renouveau musical occitan) et Jean-Pierre Laffite, à la rencontre entre Sam Karpienia et le trio Kaardan autour des textes du poète Roland Pécout ou aux embardées festives de Garlic Face & Samuel Bouchet… De quoi « exposer un échantillon de la culture occitane dans sa diversité artistique. » De quoi revoir quelques préjugés, aussi, peut-être. Dans tous les cas : une belle façon de rendre compte de la vivacité d’une culture en perpétuel renouvellement.

 

Jordan Saïsset

Le Festenau dei 3 Lunas : les 5, 13 et 15/10 à Marseille.

Rens. : www.ostau.net


L’interview

Arnaud Fromont et Jacques Sorrentini

 

 

Quelle est la volonté originelle à l’Ostau ?

AF : Lorsque l’Ostau a été fondé, le lieu avait vocation à être d’abord un centre de renseignement, d’information. Car l’on s’aperçoit que la simple connaissance de cette culture provençale ou/et occitane n’est aujourd’hui pas acquise à Marseille. Il s’agit d’abord de prendre connaissance du fait que cette langue a été parlée majoritairement, ici, à Marseille, jusqu’à quasiment la Deuxième Guerre mondiale. Et qu’elle a été la langue administrative, officielle, avant de s’éroder lorsque le centralisme de l’État français est devenu de plus en plus prégnant. Le simple fait, par exemple, que nous sommes environnés à Marseille par une toponymie héritée du provençal/occitan, est aujourd’hui largement méconnu… Non, ce n’est pas du mauvais français, mes des restes du provençal. L’ignorance se porte aussi sur les liens avec les autres langues et cultures latines, et le bassin méditerranéen. Plutôt que de se dire qu’on est dans le Sud de la France, on préfère d’ailleurs se situer dans le Nord méditerranéen.

JS : Au-delà de la langue, l’ignorance se porte aussi sur une façon différente de voir le monde, autre que la vision française. Car une langue n’est pas qu’un code, c’est une façon de voir le monde.

AF : Par exemple, en français on dit « je m’appelle », c’est toi-même qui te désigne. Alors qu’en provençal, on dit « me díson », « on m’appelle », ce sont les autres qui te qualifient. Rien que ça, ça implique un rapport à la sociabilité complètement différent, et ce n’est pas anodin. Ces choses-là se révèlent quand tu as une petite connaissance de la langue, qui te permet de l’approfondir comme outil de compréhension du monde et du contexte dans lequel tu te trouves, c’est-à-dire, pour nous, Marseille en 2017. C’est quelque chose d’éminemment politique, qui ne peut se résumer au folklorisme et à un intérêt touristique. Marseille ne se résume pas aux navettes, au savon, au pastis et à la pétanque.

JS : Il y a beaucoup de paresse intellectuelle derrière tout ça. On a goûté au pastis et à la bouillabaisse, et on a l’impression d’avoir embrassé Marseille… Mais c’est une tendance qui dépasse largement Marseille, seulement, elle n’y fait pas exception.

 

Cette fixation a-t-elle des assises historiques ?

AF : Il y a plein de raison à ce phénomène, parmi lesquelles une fixation félibréenne qui s’arrête à une période donnée, à la fin du XIXe siècle, une période pré-industrielle, censée résumer toute la culture provençale, dans une certaine zone géographique qui représenterait « la pureté de l’âme provençale pour des siècles et des siècles ». Mistral l’avait fait avec une bonne volonté, en créant une graphie proche de la prononciation française, pour ne pas compliquer les choses à une heure où le français s’imposait de plus en plus dans la vie des gens. Mais l’effet pervers, c’est qu’il a mis sous le joug du français la langue provençale. C’est comme si un jour, les anglais décidaient d’écrire non plus « why » mais « ouaille »… Mais il faut aujourd’hui essayer de réunir tout le monde, et comprendre que c’est une culture en mouvement qu’il faut amener ailleurs.

JS : À l’Ostau, nous n’agissons pas dans une démarche sacrificielle d’ailleurs, mais parce que c’est un premier pas vers l’Autre, mais l’Autre d’un point de vue culturel.

AF : C’est bien gentil de faire de la batucada brésilienne par exemple, mais il faudrait aussi prendre conscience qu’il y a des richesses ici, dont on a été dépossédé. Et qu’il suffit de se pencher, regarder à ses pieds. D’ailleurs, cela me satisfait plus, lorsque je pars à l’étranger, et que je prends « connaissance d’autres cultures », d’avoir quelque chose à apporter.

JS : C’est tout le contraire d’une démarche d’enfermement sur soi. Ça donne un prisme super pratique et enthousiasmant pour regarder d’autant mieux autour de nous. C’est une alternative, dont tous les outils existent à portée de main.

 

Propos recueillis par Jordan Saïsset