Sortir

aujourd'hui
demain
ce week-end
cette semaine
Musique Théatre et plus Danse Cabaret | Café-théatre | Humour Cirque | Arts de la rue Cinéma Expos Jeune public Divers Festivals Toutes les Sorties
  • C’est arrivé près de chez vous | Le nouveau Théâtre NoNoCabaret NoNo au Théâtre NoNo
  • C’est arrivé près de chez vous | Le nouveau Théâtre NoNoLe nouveau Théâtre NoNo

C’est arrivé près de chez vous | Le nouveau Théâtre NoNo

Le NoNo Nouveau est arrivé

 

Avec un écrin flambant neuf pour accueillir un public plus nombreux et une école d’acteurs, le petit théâtre de Pastré s’est donné les moyens de ses ambitions et affiche une programmation digne d’un grand cru.

 

Exit le chapiteau qui caractérisait le Théâtre NoNo depuis 2008. La joyeuse compagnie s’offre un tout nouveau cadre en bois. En dur donc, mais pas figé pour autant. Cette nouvelle configuration, avec ses gradins totalement rétractables en moins de quarante minutes, une prouesse, pourra accueillir jusqu’à 750 spectateurs. Avec ses 21 mètres de long et de large, la scène devient le plus grand plateau marseillais. En ayant imaginé un lieu modulable à souhait, l’esprit chapiteau reste présent. Qui peut le plus peut le moins ; il est possible de retrouver l’ancienne configuration sans difficulté… le confort en plus (tant du côté des loges que des gradins). L’architecture fonctionnelle et minimaliste laisse en effet libre cours à toute scénographie.

Côté financement, Serge Noyelle, qui dirige le théâtre avec Marion Coutris, affirme qu’avec moins de trois millions d’euros pour sa construction, NoNo est de loin le plus petit budget de France pour un tel bâtiment. Un argument qui a probablement dû être déterminant pour convaincre les décideurs institutionnels de mettre la main au porte-monnaie afin que le projet puisse voir le jour. Son autofinancement, à hauteur de 20 % par la compagnie elle-même, lui assure que son indépendance artistique reste intacte.

Ainsi nous pourrons retrouver entre le 5 et le 14 octobre les fameux dîners-spectacles du Cabaret NoNo sous l’indéboulonnable lustre de 3666 glaçons, et d’autres rendez-vous épicuriens incontournables comme le Réveillon des NoNo ou la Saint Patrick’s Irish Night. Ici, le Théâtre ne se prend pas au sérieux ; pour autant, la programmation n’a rien d’une plaisanterie. Le début de saison sera marqué en novembre par deux spectacles pleins de promesses proposés dans le cadre du « Mois de la jeune création » : À travers la Cerisaie, spectacle de la jeune marionnettiste russe Vera Rozanova d’après la pièce d’Anton Tchekhov, et Vingt ans et Alors !, une pièce de l’auteur néerlandais Don Duyns sur le thème du désir de révolte, du rapport de jeunes adultes à la société, mise en scène par Bertrand Cauchois avec une équipe de jeunes comédiens du Mans.

Impossible de faire état dans ces quelques lignes de toute l’étendue de la programmation du NoNo, nous le ferons au fur et à mesure. Nous ne pouvons que vous inviter à vous tenir informés, à lire Ventilo et à aller au théâtre.

 

Laurent Jaïs

 

Cabaret NoNo : du 5 au 14/10 au Théâtre NoNo (35 Traverse de Carthage – Campagne Pastré, 8e).
Rens. : 04 91 75 64 59 / facebook.com/TheatreNoNoTheatreNoNo

 


Le centre de formation

 

Le Cerisier sur le gâteau

Dernière nouveauté, et pas des moindres, l’ouverture d’une école d’acteurs baptisée Le Cerisier. Dirigée par Serge Noyelle et Marion Coutris, le metteur en scène et la directrice artistique de NoNo, l’école internationale des arts et écritures du théâtre vient en effet combler un vide dans ce domaine tandis que la demande explose. Désormais, les jeunes pousses marseillaises ne seront plus obligées de s’exiler à la capitale pour perfectionner leurs talents d’acteurs. Cette formation post-baccalauréat s’étalera sur deux ans, à raison de 25 heures de cours hebdomadaires. Chaque promotion sera limitée à une quinzaine d’élèves, qui devront passer une audition après avoir rempli un dossier d’inscription. Pour le moment, la formation ne débouche sur aucun diplôme, mais l’école pourrait à l’avenir se rattacher à un cycle universitaire. Quoiqu’il en soit, son coût s’élève à 200 € par mois et donne accès à des cours théoriques, à des ateliers pratiques, techniques, ou encore à des master-classes dirigées par des metteurs en scène, scénographes, auteurs, etc. Vu l’intensité du programme, la qualité des infrastructures et de l’encadrement, autant dire qu’elle reste très accessible. Du moins, pour qui parvient à franchir le cap des auditions.